Unité de traitement de faible réponse ovarienne

Le nombre et la qualité des ovocytes, se réduit avec l’âge, il y a donc plus de difficultés à concevoir de façon naturelle, et les techniques de reproduction assistée traditionnelles échouent parfois.

VOUS AVEZ BESOIN D’AIDE ?
+34 965 50 40 00

Qu’est-ce que la réponse ovarienne?

Lorsque nous réalisons un traitement de FIV, l’une des phases les plus importantes est la stimulation des ovaires. Pendant une période d’entre 7 à 12 jours, la patiente doit suivre un traitement médicamenteux afin d’obtenir plusieurs ovules pour les féconder ensuite. Le nombre d’ovules obtenu est ce que nous dénommons la réponse à stimulation. Cela sert à obtenir un nombre d’ovocytes adéquat qui donne un pronostic d’embryons favorable. En général, nous considérons un nombre adéquat au-delà de cinq ovocytes.

Les patients qui reçoivent une même dose de médication peuvent présenter des réponses très différentes et parfois, le nombre d’ovocytes obtenu est si faible que cela fait que les possibilités de réussite se réduisent de façon considérable. Nous parlons alors de faible réponse ovarienne.

Qu’est-ce que la réserve ovarienne?

La femme naît avec toute la population d’ovocytes dont elle va disposer au cours de sa vie. Avec le temps, ces ovocytes vont se perdre jusqu’à s’épuiser entièrement à la ménopause.

Nous entendons par réserve ovarienne, la quantité d’ovocytes viables que contiennent les ovaires d’une femme à un moment donné ; cette réserve conditionne le nombre d’ovules que nous sommes capables d’obtenir lors d’un traitement de Fécondation In Vitro (FIV). Les deux marqueurs les plus fiables pour mesurer la réserve sont le Calcul de Follicules Antraux dans l’échographie et la détermination de l’Hormone Antimüllérienne.

Bien que la faible réserve soit la principale cause de faible réponse, elle peut également apparaître chez les femmes avec une réserve ovarienne normale.

Pourquoi existe-t-il une réserve ovarienne faible?

Comme nous l’avons commenté, la réserve ovarienne se réduit progressivement avec l’âge jusqu’à épuisement ; par conséquent, l’âge représente le facteur principal de risque pour avoir une faible réserve. Néanmoins, toutes les femmes d’un même âge n’ont pas une réserve similaire, il existe une grande variabilité et certaines femmes ont une faible réserve très jeune, alors que les femmes au-delà de 40 ans ont des réserves normales avec une réponse élevée à la stimulation ovarienne, et par conséquent, un nombre élevé d’ovocytes dans les traitements de FIV. Cela est dû principalement à des facteurs environnementaux, mais surtout génétiques.

Dans ce sens, l’Unité de Faible Réponse de l’Institut Bernabeu, développe plusieurs lignes de recherche pour caractériser génétiquement les femmes qui ont perdu de façon accélérée leur réserver ovarienne, entre autres lignes de recherche.

Unité de traitement de faible réponse ovarienne

Pourquoi le problème de la Faible Réponse Ovarienne est-il si important actuellement?

Les changements sociaux lors des dernières années ont fait que la femme se soit vue dans l’obligation de retarder sa maternité. À partir des 35 ans, non seulement la réponse ovarienne se fait plus rare, mais l’on apprécie également une baisse considérable et progressive de la qualité des ovocytes. La relation entre l’âge et la réserve ovarienne fait que nous avons de plus en plus de patients avec une faible réponse à la stimulation, et par conséquent, un mauvais pronostic dans les traitements de fertilisation in vitro. C’est chez ces patientes que nous dénommons Mauvaises Répondeuses, que la réalisation d’une évaluation correcte et la définition des meilleures stratégies pour augmenter les possibilités de réussite s’avèrent plus déterminantes.

Unité indépendante de Faible Réponse Institut Bernabeu

L’Institut Bernabeu est confronté à ce défi de la Médicine de Reproduction pour favoriser la gestation de nos patientes avec leurs propres ovules, créant la première Unité Espagnole pionnière à traiter des diagnostics de faible réponse, ayant traité des couples venus du monde entier.

Cette Unité pluridisciplinaire, dirigée par le Dr. Joaquín Llácer, se compose de spécialistes en médecine de reproduction, biologie moléculaire, génétique et biologie de la reproduction orientés vers le soin de ces couples qui conjuguent les tâches d’assistance et de recherche pour pouvoir offrir un traitement individualisé à chaque patient.

En quoi consiste l’approche pluridisciplinaire dans l’unité de Faible Réserve Ovarienne?

Dans cette unité, chaque cas est analysé et débattu par un groupe spécialisé de professionnels. Disposer de l’unité de faible réponse ovarienne de l’IB permet au patient de bénéficier des dernières innovations pour le diagnostic et le traitement : tests de laboratoires spécifiques et d’avant-garde, écographie gynécologique 4D pour les examens vasculaires ovariens et utérins, marqueurs génétiques de pronostics, Array-CGH entre autres examens pour concevoir lastratégie personnalisée qui optimise les possibilités de réussite de chaque couple.

Unité de traitement de faible réponse ovarienne

Avantages de l’Unité de la Faible Réserve Ovarienne de l’IB

Le fait de disposer des meilleurs professionnels et des techniques de diagnostic les plus avancées permet de définir les stratégies les plus adéquates dans chaque cas.

Notre Unité a développé et perfectionné ces dernières années les protocoles de stimulation les plus novateurs. Des thérapies adjuvantes pour améliorer la sensibilité ovarienne jusqu’à la stimulation en phase lutéale, en passant par l’accumulation d’ovocytes vitrifiés ou l’usage de protocoles en douceur ont été mis en œuvre, donnant des résultats prometteurs chez les patientes qui d’une autre façon se voyaient acculées au don d’ovocytes.

D’autre part, l’expérience dans l’approche de cas complexes nous a permis de mieux comprendre la charge psychologique des patients avec une Faible Réponse, étant plus sensibles à leur situation, améliorant également leur stabilité émotionnelle.

Progrès en matière de recherche en Faible Réserve

L’Institut Bernabeu, à travers l’Unité de Faible Réponse Ovarienne, est pionnier en recherche dans ce domaine. Fruit de ce désir de recherche, notre institution s’est vue récompensée en 2012 par la Société Américaine de Médecine Reproductive (ASRM) pour un travail sur le polymorphisme génétique chez les femmes avec une Faible Réponse. Ensuite, il a été le premier au monde à développer le concept de pharmacologie appliquée à la stimulation ovarienne avec l’introduction d’un nouveau test dénommé IBgen FIV.

Actuellement, les lignes de recherche se centrent sur trois aspects fondamentaux :

  1. L’étude des facteurs génétiques qui conditionnent le vieillissement ovarien et par conséquent, sur le développement des modèles prédictifs qui aident les femmes à planifier leur vie reproductive.
  1. Les avancées en pharmacologie qui permettent de personnaliser les protocoles de stimulation en fonction du profil génétique de la patiente, améliorant sa réponse face aux hormones.
  1. L’exploration de nouveaux modes de stimulation à travers des essais cliniques chez des patientes avec une Faible Réponse, par exemple, de nouvelles études en phase lutéale.

D’ailleurs, l’expérience dans la gestion de ces cas nous permet de bien comprendre la charge psychologique de la patiente avec une réponse faible, en étant plus sensibles avec son situation et son soin émotionnel. 

Unité de traitement de faible réponse ovarienne

Notre degré élevé de spécialisation chez les patientes avec une faible réponse ovarienne, nous permet de concentrer tous les spécialistes impliqués dans leur étude pendant leur visite médicale afin de pouvoir réaliser en une seule journée tous les examens diagnostics nécessaires pour l’analyse et la conception personnalisée de leur traitement.

     Profil maternel:

  • Profil génétique de risque de faible réponse ovarienne. IBgen FIV
  • Hormone antimüllérienne
  • Éventuellement, des examens d’endocrinologie complémentaires
  • Caryotype
  • X Fragile
  • Écographie spécifique de haute résolution
  • Auto-immunité supra-rénale
  • Analyse personnalisée de votre dossier médical.

  • Consultation d’évaluation avec un spécialiste en faible réserve ovarienne
  • Consultation ensuite avec un spécialiste pour l’évaluation et la création du plan de traitement (possibilité de le faire par vidéoconférence) 

Est-ce que vous le trouvez intéressant ? OUI No

statistiques de résultats

En savoir plus

Nos résultats de grossesse sont accrédités par des sociétés de certifications externes.

VOUS AVEZ BESOIN D’AIDE ?