FORUM BLOG

Est-ce que j’ai une faible réponse ovarienne? Comment dois-je la traiter?

Est-ce que j’ai une faible réponse ovarienne? Comment dois-je la traiter?

On parle de faible réponse lorsque le nombre d’ovules obtenu chez une patiente pendant un cycle de fécondation in vitro est plus bas que celui espéré. Une patiente ayant une faible réponse est une femme pour laquelle sont collectés moins de 3 ovocytes ou lorsque les marqueurs de réserve ovarienne (hormone antimüllérienne  et décompte des follicules antraux) sont faibles.

Compte tenu que le nombre d’ovules obtenus dans un traitement est l’un des facteurs de pronostic les plus importants dans son succès, les possibilités de grossesse chez ces patientes peuvent être compromises. L’évaluation globale du cas par une équipe multidisciplinaire est donc essentielle. Les gynécologues, les embryologues et les experts en biologie moléculaire et génétique travaillent côte à côte pour concevoir une stratégie optimisant les possibilités d’obtenir la naissance d’un nouveau-né sain. 

Identifier gènes de faible rérserve

Conception d’un traitement personnalisé

Pharmacogénétique: des médicaments qui répondent mieux

Un plus grand nombre d’ovocytes

L’âge est le facteur le plus important, bien qu’il existe des pathologies occasionnant une faible réponse pouvant menacer la santé de la femme ou de la future progéniture. La réalisation d’examens de diagnostic écartant des maladies comme l’endométriose, des maladies immunologiques ou des altérations génétiques est donc indispensable.

L’Unité de Génétique de  l’Institut Bernabeu étudie les causes génétiques de la faible réponse ovarienne, comme le cas des anomalies dans le caryotype ou le Syndrome du Chromosome X fragile, pour éviter la naissance d’un enfant avec des maladies génétiques graves. Par ailleurs, différents gènes impliqués dans des cas familiaux d’insuffisance ovarienne prématurée ou de ménopause précoce ont été récemment étudiés, ce qui permettra d’identifier les cas d’origine génétique et de localiser les membres de la famille à risque, et de planifier ainsi leur vie reproductive ou de conserver des ovules pour le futur.

Le traitement de la faible réponse ovarienne sera destiné à augmenter le  nombre d’ovocytes obtenus. Selon nous, la stratégie doit sortir des protocoles de stimulation conventionnels. L’abordage individualisé est essentiel. Certaines patientes bénéficieront ainsi de l’utilisation de médicaments adjuvants ou de protocoles doux pour améliorer la réponse. Le rôle de la génétique sera une fois de plus important, car l’Institut Bernabeu, après des années d’étude, a identifié les gènes impliqués dans la réponse ovarienne. Ainsi, à l’heure actuelle, nous nous aidons du test génétique IBGENFIV, qui permet à l’équipe médicale de déterminer le traitement le plus adapté au profil génétique de la patiente.

L’accumulation d’ovules provenant de plusieurs cycles de stimulation fut une stratégie qui a fortement amélioré le pronostic de ces patientes. Elle nous permet de réaliser le cycle de fécondation in vitro avec un nombre d’ovules similaire à celui de la patiente normo-répondeuse. L’apparition de la technique de vitrification ovocytaire  a été essentielle, car elle permet de conserver des ovocytes dans le laboratoire avec un taux de survie très élevé. L’accumulation a l’avantage de pouvoir disposer d’un plus grand nombre d’ovules en un minimum de temps, facteur important dans de nombreux cas en raison de l’âge ou de la pathologie de base. D’autre part, les coûts sont réduits, car la procédure de fécondation s’effectuerait une seule fois.

l’accumulation d’ovocytes. À l’heure actuelle, nous savons que nous pouvons réaliser la stimulation à divers moments du cycle menstruel. Nous pouvons ainsi réaliser une stimulation conventionnelle au début du cycle menstruel, mais aussi après l’ovulation, à savoir, une stimulation en phase lutéale. Il est également possible de réaliser deux stimulations dans le même cycle, la double stimulation ovarienne. Les deux stratégies ont amélioré la réponse chez de nombreuses patientes.

Des traitements d’ « activation ovarienne » ont récemment été implantés, dont les résultats sont prometteurs, bien qu’ils soient toujours en phase d’expérimentation. Ainsi, certaines patientes à faible réponse ovarienne pourront se voir administrer du plasma riche en plaquettes dans l’ovaire, ce qui permettra d’activer des ovules qui demeurent inactifs ou « endormis » dans l’ovaire de ces patientes. Sur la même lignée, la fragmentation de cortex ovarien et l’auto-greffe  (OFFA) recherchent l’activation ovarienne chez des patientes ayant une insuffisance ovarienne prématurée ou une ménopause précoce.

Parlons

Nous vous conseillons sans engagement

SITUATION ACTUELLE

COVID-19