Quand dois-je aller à la consultation de fertilité ?

Une couple doit aller à la consultation après une année de recherche de grossesse pour évaluer son infertilité. Chez les femmes âgées de plus de 35 ans, il suffit de 6 mois pour commencer les études.

Quand dois-je aller à la consultation de fertilité ?
  • Vous souhaitez recevoir plus d'informations ?

    Nous vous conseillons sans engagement

  • JJ slash MM slash AAAA
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Nous ne savons pas quand demander de l’aide si la grossesse n’arrive pas. Nous nous demandons si nous devons aller à la consultation rapidement ou si nous devons attendre et ne pas décider précipitamment.

La réponse est très claire. Nous recommandons de commencer une étude de stérilité, c’est-à-dire, vous devez chercher de l’aide médicale après un an de relations sexuelles régulières et sans méthodes contraceptives (de la contraception hormonale avec des pilules,  des patchs ou des anneaux DIU ou simplement avec de la copulation interrompue « marche arrière »).

Nous savons que la probabilité de gestation pendant le cycle menstruel n’est pas de 100%, même dans les couples très fertiles. C’est pourquoi, il est convenable de donner une chance à la nature avant de douter et de réaliser quelques tests de diagnostic. Il est considéré que la probabilité de grossesse chez les couples sans aucun problème est du 25% par cycle et, dans des conditions normales,  le 85% des couples qui abandonnent les contraceptifs obtiennent la grossesse pendant la première année.

Il y a beaucoup de couples qui n’ont pas obtenu de la grossesse pendant la première année de recherche, mais elles sont enceintes pendant la deuxième année. Cependant, la probabilité de succès est réduite sans aide et, c’est pourquoi nous conseillons de réaliser des preuves afin d’obtenir une évaluation totale de la situation et de concevoir une stratégie. « Concevoir une stratégie » ne signifie pas de réaliser un traitement de reproduction assistée, mais de connaître les démarches à suivre selon les circonstances du cas.

Cependant, nous ne devons pas être inflexibles. Considérer qu’une étude sur l’infertilité ne devrait jamais être entamée avant qu’un an se soit écoulé ne doit pas être une règle pour tous les cas. Pour les couples où l’âge de la femme est plus avancé, cette période peut être raccourcie, plus l’âge est élevé, plus elle peut être courte. En général, on a tendance à considérer que chez les femmes de plus de 35 ans, l’étude doit être initiée après 6 mois de rapports sexuels non protégés. De même, pour les couples où la femme est plus jeune et où il n’y a pas de circonstances suspectes dans son histoire, il peut être raisonnable de retarder l’étude aussi longtemps que la situation émotionnelle du couple le permet.

Dans la plupart des cas, le dossier médical préalable nous permet de soupçonner et d’assurer que la grossesse ne se produira pas de forme naturelle. C’est le cas des hommes avec des problèmes testiculaires d’enfance, des femmes diagnostiquées avec une insuffisance ovarienne et surtout des femmes célibataires ou des couples où l’un des partenaires s’est soumis à la stérilisation volontaire (la ligature des trompes ou la vasectomie).

Parfois, même si quelques mois seulement se sont écoulés depuis le début de la recherche, si le couple décide de lancer l’étude, il peut être raisonnable de le faire. Dans certains cas, l’incertitude crée une situation émotionnelle dans le couple qui peut conduire à la détérioration de nombreux aspects de leur relation. La réalisation de quelques tests de diagnostic et une conversation tranquille avec le gynécologue peuvent atténuer cette charge émotionnelle inutile.

Parlons

Nous vous conseillons sans engagement

SITUATION ACTUELLE

COVID-19