Questions fréquentes

Le don d’ovules est-il un processus douloureux ?

Les complications sont peu fréquentes. Dans le cas où elles existeraient, elles se limitent en général à des gênes similaires à celles qui se produisent pendant la menstruation. La donneuse d’ovules est traitée au sein de l’Institut Bernabeu avec la même affection et le même professionnalisme que toute autre patiente, car nous avons toujours à l’esprit l’importance de sa donation.

Comme le détaille la SEF (Société Espagnole de Fertilité) https://www.sefertilidad.net/docs/biblioteca/guiasPracticaClinicas/guia20.pdf « les donneurs ne devraient courir aucun risque en réalisant un don. Les complications, à l’exception d’un certain niveau d’inconfort abdominal, sont extrêmement rares. »

Ci-dessous figurent entre guillemets les informations qu’elle décrit sur les éventuels risques :

  • Associés à la stimulation :
    • L’existence d’un syndrome d’hyperstimulation ovarienne est à faible risque. Heureusement, le SHO (syndrome d’hyperstimulation ovarienne) survient chez moins de 4 % des donneuses d’ovules.
    • « Inconfort Abdominal. » Il est possible de prendre des analgésiques  pendant la stimulation et après la ponction. Ils disparaissent habituellement 24 à 48 heures après la ponction. »
  • Associés à la ponction ovarienne :
    • « Hémorragies post-ponction : elles sont peu fréquentes. Lorsqu’elles existent, elles sont de faible intensité et presque toujours autolimitées (…) »
    • « Complications extrêmement peu fréquentes, mais auxquelles il faut songer dans des cas spéciaux. Elles peuvent se traduire par une torsion ovarienne, des déchirures intestinales, des saignements abondants par ponction de grands vaisseaux. »
  • Associés à l’anesthésie : « Allergies à l’un des composants de l’anesthésie, risque d’aspiration. »

Parlons

Nous vous conseillons sans engagement

SITUATION ACTUELLE

COVID-19