L’importance de la détection des maladies sexuellement transmissibles (MST) chez les donneurs d'ovocytes et de sperme Instituto Bernabeu

Les maladies sexuellement transmissibles (MST) sont causées, dans la plupart des cas, par des virus, des bactéries et des champignons, qui sont transmis par rapports sexuels non protégés, y compris le sexe vaginal, oral ou anal. De plus, chez les femmes enceintes, ces maladies peuvent être transmises de la mère au fœtus, ce qui peut provoquer des fausses couches, des accouchements prématurés et même la mort néonatale.

Les effets de ces maladies, qui dans nombreux cas sont totalement asymptomatiques (c’est-à-dire que la personne qui en souffre n’apprécie pas aucun symptôme), affectent la fertilité des hommes et des femmes.

Pourquoi et comment à l’Instituto Bernabeu analysons-nous les MST chez nos donneurs de gamètes?

Dans les dernières années nous avons constaté que le pourcentage de couples ou de femmes qui ont besoin de gamètes donnés est en train d’augmenter. En raison du besoin de ces patients et des implications négatives que ces micro-organismes peuvent générer sur la fertilité, à l’Instituto Bernabéu, nous effectuons régulièrement un contrôle de MST sur tous nos donneurs de sperme et donneuses d’ovocytes, pour travailler de manière responsable face aux patients recevant les gamètes donnés.

La technique utilisée pour la détection de MST nous permet d’analyser la présence des maladies sexuellement transmissibles ayant l’incidence la plus directe sur la fertilité. Notamment, elle nous permet avec une seule analyse de détecter la présence d’ADN des microorganismes qui correspond à 10 infections de ce type de maladies, et d’obtenir le résultat dans quelques jours.

Les microorganismes analysés sont:

  • Treponema pallidum (syphilis)
  • Neisseria gonorrhoea (gonorrhée)
  • Chlamydia trachomatis (chlamydia)
  • Mycoplasma genitalium
  • Mycoplasma hominis
  • Herpès simplex I
  • Herpès simplex II
  • Trichomonas vaginalis
  • Haemophilus ducreyi
  • Ureaplasma ureatylicum
Principales maladies sexuellement transmissibles (MST) et fertilitè Instituto Bernabeu

Il peut être conseillable de faire ce type d’analyse après un contact sexuel risqué, avec le but de détecter une possible infection du microorganisme et aussi, étant asymptomatique dans beaucoup de cas, d’éviter de devenir un porteur du microorganisme vers d’autres partenaires sexuels. Evidemment, aussi chez les patientes qui vont faire un cycle de PMA, et chez des femmes enceintes.

VOUS POUVEZ ÉGALEMENT ÊTRE INTÉRESSÉ:

Dre. Eva García, biologiste à l’Instituto Bernabeu.

You can arrange an

Rate this post