FORUM BLOG

Quelles complications peuvent se développer lors du transfert d’embryons?

Quelles complications peuvent se développer lors du transfert d’embryons?

La fin souhaitée dans tout traitement de reproduction assistée se termine par le transfert d’embryons. Il s’agit du placement en douceur de l’embryon dans la cavité utérine. C’est le moment clé de toute la procédure, l’embryologiste et le gynécologue travaillant ensemble.

Les transferts d’embryons peuvent être effectués dans un cycle frais, c’est-à-dire le transfert de l’embryon après 5 ou 6 jours de développement in vitro. Ou dans un cycle différé appelé cryotransfert, dans lequel les embryons sont préalablement congelés. Dans les deux cas, l’embryon à transférer est synchronisé de la meilleure façon possible avec l’endomètre utérin qui l’accueillera, sur une période appelée fenêtre d’implantation.

Par conséquent, le transfert d’embryons est sans aucun doute le moment le plus attendu par les patientes qui suivent un traitement de fertilité et l’un des plus importants parmi ceux effectués au sein du laboratoire de fécondation in vitro.

Peu de complications peuvent survenir au cours de cette procédure, car techniquement elle n’implique pas de grandes difficultés pour les spécialistes qui la pratiquent lorsqu’ils ont de l’expérience et de la formation.

Adhérence de l’embryon au cathéter de transfert d’embryon

L’un des rares cas qui peut se produire, et qui en tout état de cause atteint à peine 5 % des transferts effectués, est que l’embryon reste collé au cathéter de transfert après l’avoir retiré de l’utérus.

Heureusement, il est facile à détecter, car l’embryologiste doit toujours vérifier que ce n’est pas le cas. Il détecterait donc immédiatement cette situation en vérifiant le cathéter au microscope après le transfert.

Bien que ce ne soit pas la situation la plus appropriée pour l’embryon, en raison du temps que ce dernier passe hors de l’incubateur ou de l’utérus maternel, cela n’implique pas que les taux de réussite du traitement soient diminués. En fait, les embryons les plus développés, ceux qui sont au stade de l’éclosion précoce ou les embryons déjà éclos qui cherchent à fusionner avec l’endomètre, sont ceux qui, en règle générale, ont le plus de chances de rester attachés au cathéter de transfert. Par conséquent, il ne faut pas s’inquiéter si cet événement se produit pendant le transfert d’embryons.

Saignement après le retrait du cathéter de transfert

La présence de sang à l’extrémité du cathéter lorsqu’il est retiré de l’utérus a été démontrée et décrite comme étant associée à une diminution du taux de grossesse. Toutefois, il s’agit d’un cas relativement rare.

Difficulté d’entrée du cathéter de transfert dans la cavité utérine

Parfois, il peut y avoir des difficultés anatomiques pour accéder à la cavité utérine. Soit à cause d’un rétrécissement du col de l’utérus, soit à cause d’une angulation excessive du canal cervical. Pour éviter cela, nous essayons de réaliser tous les transferts à l’aide d’ultrasons et, dans certains cas, nous avons recours à des cathéters spéciaux.

Douleur pendant le transfert d’embryons

D’autres complications rares sont l’apparition de la douleur, qui est de toute façon légère. Ou le développement d’une infection, facile à traiter avec des antibiotiques.

À l’Instituto Bernabeu, nous savons que le risque zéro n’existe pas en médecine, et que ces complications continueront à se produire très occasionnellement. Et bien qu’ils ne présentent pas de risque significatif pour la patiente ou l’embryon, nous devons essayer de minimiser leur apparition autant que possible pour que le transfert d’embryon soit un moment spécial et fructueux.

Rafael Sellers, biologiste de l’Instituto Bernabeu

VOUS POUVEZ ÉGALEMENT ÊTRE INTÉRESSÉ

Parlons

Nous vous conseillons sans engagement

SITUATION ACTUELLE

COVID-19