FORUM BLOG

Réceptivité Endométriale: Caractéristiques d’un endomètre optimal tomber enceinte

Réceptivité Endométriale: Caractéristiques d’un endomètre optimal tomber enceinte

[yframe url='https://www.youtube.com/watch?v=XgBS1Kn6-ow']

Nous appelons endomètre la couche la plus interne de l’utérus, qui recouvre la cavité utérine. Il s’agit d’un tissu dynamique, dont les caractéristiques varient tout au long du cycle menstruel de la femme.


Sa fonction la plus importante va être d’établir un dialogue avec l’embryon qui permette alors l’implantation de ce dernier, et d’accueillir ensuite la grossesse.

Nous pouvons distinguer différentes phases tout au long du cycle.

  • Durant la menstruation, ce tissu souffre une desquamation et se détache, provoquant un saignement.  
  • La phase antérieure à l’ovulation est connue comme phase proliférative ou folliculaire et durant cette dernière, nous voyons la manière dont son épaisseur augmente, ce qui est provoqué par les estrogènes.
  • Après l’ovulation, c’est la phase sécrétoire qui commence. Durant cette phase, la progestérone est déjà présente et permet au tissu d’être dans des conditions optimales pour que puisse se produire l’éventuelle implantation de l’embryon.

Si l’on tient compte de tout cela, nous savons que le moment adéquat pour que se produise la grossesse a lieu après l’ovulation.

Il existe une série de caractéristiques que nous pouvons observer grâce à l’échographie, pour essayer de rechercher ces conditions, comme l’épaisseur endométriale et le modèle de ce dernier.  

Traitements

Pour parvenir à ces conditions, nous disposons de différentes stratégies.

  • Une option est la simulation de ce qui se passe de manière physiologique, en administrant de manière exogène un traitement hormonal à base d’estrogènes et de progestérone.
  • Chez les femmes qui ont des règles régulières, il est possible de réaliser un suivi de leur cycle sans avoir quasiment recours à des médicaments ; ce qui est connu comme cycle naturel.

L’épaisseur endométriale adéquate, bien que cette dernière soit au cœur des discussions, se situe entre 7 et 12 mm, et nous considérons qu’elle est infra-optimale lorsqu’elle se situe en dehors de cet intervalle.  

Nous tentons également d’ « imiter » ce qui a lieu lors d’une grossesse spontanée en synchronisant les jours de développement que présente l’embryon, avec les jours d’administration de progestérone qui interviennent avant le transfert de celui-ci.

Et même comme cela, le processus d’implantation, est en partie inconnu. C’est d’ailleurs pour cela que malheureusement, nous ne parvenons pas à une grossesse dans l’ensemble des cas, même si nous disposons d’un embryon de bonne qualité et un endomètre qui présente toutes les caractéristiques que nous considérons nécessaires.

VOUS POUVEZ ÉGALEMENT ÊTRE INTÉRESSÉ

  • Fécondation In Vitro (FIV)
  • Défaut d’implantation et fausse-couche à répétition. Traitement et solutions
  • Adénomyose et défaut d’implantation à répétition

Dre Alicia Herencia, gynécologue à l’ Instituto Bernabeu.

Parlons

Nous vous conseillons sans engagement

SITUATION ACTUELLE

COVID-19