Le Dr. Joaquín Llácer aborde l'implication de la vitamine D dans la médecine reproductive dans un webinaire du Campus Angelini

  • 10-02-2021

Le développement de la médecine reproductive est possible grâce à une approche multidisciplinaire. Les progrès sont fulgurants et nous permettent de proposer des traitements de plus en plus efficaces. À l'Instituto Bernabeu, la vocation de soins s'accompagne d'un engagement important dans la recherche et, en même temps, de la diffusion des données actuelles qui peuvent améliorer les traitements.

Le jeudi 28 janvier, le Dr. Joaquín Llácer, co-directeur médical de l'Instituto Bernabeu, a participé au Campus Angelini, une réunion en ligne pour les spécialistes, durant laquelle l'expert a parlé de l'implication de la vitamine D dans la médecine reproductive.

La vitamine D est un régulateur métabolique global, elle permet l'absorption du calcium, maintient la pression sanguine stable et aide à l'absorption correcte de l'insuline par les cellules. Sa carence affecte différents processus physiques ainsi que la fertilité. C'est pourquoi, avant de commencer le traitement, il est nécessaire d'analyser ses niveaux. Pendant la grossesse, si ces taux sont très faibles, la vitamine D peut provoquer une hypertension et entraîner des troubles qui se terminent par une pré-éclampsie. Une mauvaise régulation de cette vitamine peut également déclencher un diabète gestationnel. Et la grossesse pourrait se terminer par une césarienne et en même temps, la naissance d'un bébé de faible poids.

Le Dr. Llácer souligne que des niveaux régulés de vitamine D favorisent la grossesse puisque la présence de récepteurs de vitamine D dans l'endomètre joue un rôle important dans l'implantation de l'embryon. En outre, un équilibre adéquat réduit également le risque de fausse couche.

À l'Instituto Bernabeu, l'étude de la vitamine D et de son implication dans la santé reproductive est présente à l'unité d'endocrinologie depuis plus d'une décennie.

VOUS AVEZ BESOIN D’AIDE ?