FORUM BLOG

Y a-t-il un risque à devenir père après 40-50 ans ?

Y a-t-il un risque à devenir père après 40-50 ans ?

De nombreuses études ont été réalisées sur le lien entre l’âge maternel plus élevé et les probabilités de grossesse plus faibles, la fréquence plus élevée des fausses couches et le risque accru de certaines anomalies chromosomiques chez le fœtus. Mais peu d’attention a été accordée au cas où c’est l’homme qui, pour diverses raisons, décide de reporter la paternité.

Tous les relevés statistiques des pays avancés montrent clairement que l’âge auquel les femmes ont des enfants a progressivement augmenté au cours des dernières années.

Pour les hommes, le scénario n’est pas très différent. Ce modèle de comportement se retrouve dans tous les pays développés du monde.

Et étant donné que cette tendance ne semble pas changer, il est donc essentiel de se demander non seulement quel est l’impact sur notre taux de réussite, c’est-à-dire l’enfant à la maison, ou l’impact sur la mère. Quel est également l’impact sur la santé de la progéniture ?

Bien que la production de spermatozoïdes soit continue de l’adolescence à l’âge adulte, des études récentes dans une population tributaire des techniques de reproduction assistée (PMA) suggèrent que l’âge paternel plus avancé est associé à des taux de grossesse et de naissance vivante plus faibles et que la qualité du sperme peut se détériorer et avoir un impact négatif sur les résultats dès l’âge de 45 ans (1,2). De plus, d’autres études commencent à observer certains risques pour la grossesse et la descendance (3).

Conséquences de l’âge élevé des pères

Au fil du temps, nous savions déjà que le volume de l’éjaculat et le nombre de spermatozoïdes présents dans l’éjaculat diminuaient légèrement. Avec quelques résultats contradictoires, une légère augmentation de la probabilité de fausses couches et de naissances prématurées est également décrite. Bien qu’à un taux beaucoup plus faible que l’effet du vieillissement chez les femmes.

Toutefois, l’attention s’est récemment portée sur les effets qui, à long terme, peuvent avoir une incidence sur la descendance. Des études récentes ont montré que le risque d’altération génétique dans la descendance double avec l’augmentation de l’âge masculin tous les 10 ans.

Certaines théories ont tenté de montrer que les spermatozoïdes peuvent être porteurs de mutations ou d’altérations génétiques nouvelles ou « de novo », c’est-à-dire non héritées, qui augmentent progressivement avec l’âge de l’homme. Ces altérations ont été liées à une augmentation de l’apparition de certains types de maladies. Surtout l’autisme ou les troubles du spectre autistique et la schizophrénie.

C’est pourquoi il semble que les aspects environnementaux tels que l’obésité, le tabagisme, une mauvaise alimentation et l’exposition à des agents toxiques ne soient pas les seuls à influencer l’augmentation de ces effets dans la descendance. De même, l’âge avancé des hommes au moment de la gestation peut être en partie un facteur de risque.

Il semble en effet que l’augmentation de l’âge puisse être liée à un risque accru de certaines maladies et complications à la naissance. Comme les troubles neuropsychiatriques, génétiques et, plus tard, reproductifs. Récemment, différentes études ont également été publiées, établissant un lien entre l’âge paternel et les altérations gestationnelles, telles qu’une naissance prématurée et un poids de naissance inférieur. Ainsi qu’une incidence plus élevée de diabète gestationnel chez la mère.

Prévention

Bien qu’il n’y ait pas de consensus sur l’âge auquel ces effets commencent à se faire sentir, la plupart des études s’accordent à dire que 45 ans est considéré comme un âge paternel avancé, bien que les conséquences soient plus perceptibles à partir de 50 ans et deviennent progressivement plus prononcées.

Par conséquent, bien que la perte de fertilité ne soit pas aussi dramatique à mesure que l’âge des hommes augmente par rapport à celui des femmes, c’est un problème qui ne peut être ignoré. Surtout si l’homme présente également des anomalies génito-urinaires ou consomme des substances toxiques comme le tabac et/ou d’autres médicaments qui détériorent la fonctionnalité des spermatozoïdes.

Par conséquent, bien qu’il soit plus important pour les femmes d’éviter de reporter la maternité à un âge avancé, il est conseillé aux hommes d’être conscients de ces effets possibles sur leur progéniture et de pouvoir planifier de manière adéquate le moment idéal pour devenir père.

BIBLIOGRAPHIE

  1. Influence of paternal age on assisted reproductive technology cycles and perinatal outcomes. Fertil Steril. 2021. Marsidi AM, Kipling LM, Kawwass JF, Mehta A.
  2. Is increasing paternal age negatively associated with donor oocyte recipient success? A paired analysis using sibling oocytes. Fertil Steril. 2021. McCarter K, Setton R, Chung A, An A, Rosenwaks Z, Spandorfer S.
  3. Relationships between the age of 25.445 men attending infertility clinics and sperm chromatin structure assay (SCSA ®) defined sperm DNA and chromatin integrity. Fertility and Sterility 2020.

Parlons

Nous vous conseillons sans engagement

SITUATION ACTUELLE

COVID-19