Nous parlons de réponse faible lorsque le nombre d’ovocytes obtenu chez une patiente durant le cycle de fertilisation in vitro est plus bas qu’espéré. Habituellement les critères que nous utilisons pour décréter qu’une patiente a une faible réponse est le fait d’avoir recueilli 3 ovocytes ou moins et d’avoir des marqueurs de réserve ovarienne (fondamentalement AMH et RFA) extraordinairement faibles.

Le fait que ces femmes répondent de manière déficiente aux protocoles de stimulation fait que leurs options de succès sont compromises et parfois elles envisagent d’abandonner les traitements et de terminer leur vie reproductive sans enfants.

C’est pour cela qu’il est si important de réaliser une évaluation globale de leur cas avec une équipe multidisciplinaire. Des gynécologues, génétistes, embryologues et spécialistes en biologie moléculaire qui ont une expérience non seulement de soins mais aussi de recherches doivent concevoir une stratégie qui de manière personnalisée optimise les possibilités de parvenir à la naissance d’un nouveau-né.

Ils aident également à décider de la meilleure stratégie de traitement depuis la réalisation d’examens diagnostiques qui écartent les causes de faible réponse pouvant menacer la santé de la patiente jusqu’aux tests génétiques qui minimisent les risques pour l’enfant à naître.

Dans le cadre de l’étude génétique spécifique pour patientes à faible réponse ovarienne, nous incluons le caryotype et l’étude génétique du Syndrome du Chromosome X-fragile. Si certains tests reviennent positifs, cela nous permettra de connaître l’origine du problème de fertilité de la patiente et d’éviter la naissance d’un enfant ayant une maladie générique grave.

À l’Instituto Bernabeu, après plus de 4 ans de recherches, nous avons identifié les gènes impliqués dans la réponse ovarienne, ce qui a permis de développer une étude génétique novatrice sur la fonction de l’ovaire (IBGENFIV). Ce test génétique permet à l’équipe médicale de concevoir un traitement pharmacologique personnalisé selon la patiente pour déterminer le traitement le plus adapté à son profil génétique et améliorer ainsi ses possibilités de tomber enceinte du fait qu’elle peut obtenir un nombre d’ovocytes supérieur.Je souffre de faible réponse ovarienne? comment dois-je me soigner? 0

La vitrification est une technique qui évite de manière virtuelle la formation de cristaux de glace, le problème principal associé aux processus de cryoconservation. Son incorporation comme technique routinière dans les laboratoires a énormément contribué à l’amélioration des résultats quant aux autres techniques employées traditionnellement, particulièrement dans le cas des ovocytes, permettant ainsi d’atteindre des taux de survies très élevés. Ces avancées ont apporté un bénéfice clair à de nombreuses patientes, y compris chez celles qui présentent une faible réponse à la stimulation ovarienne. Dans ces cas, une alternative consiste à cryoconserver les ovocytes obtenus lors de stimulations ovariennes successives pour les accumuler jusqu’à l’obtention d’un nombre adéquat similaire à ce qui qui pourrait être attendu chez une patiente répondant de manière normale, et les féconder postérieurement tous en même temps. De cette manière, le nombre d’embryons disponibles augmentera, ainsi que les possibilités d’obtenir une grossesse.

Selon nous, la stratégie pour obtenir des ovocytes chez des patientes ayant une faible réponse doit s’écarter des protocoles de stimulation conventionnels. L’approche individualisée est clé. Parfois la préparation lors du cycle antérieur avec des médicaments adjuvants peut améliorer la réponse de la stimulation. Dans d’autres cas, l’utilisation de protocoles doux peut optimiser la réponse.

Nous devons tenir compte qu’avec les progrès en vitrification ovocytaire les patientes reçues à l’Instituto Bernabeu peuvent accumuler des ovocytes de différentes stimulations en réalisant les traitements les plus accessibles et en permettant d’obtenir un plus grand numéro d’ovules dans un espace temporel plus court.

You can arrange an

Je souffre de faible réponse ovarienne? comment dois-je me soigner?
Rate this post