FORUM BLOG

L’oligospermie et son traitement pour obtenir une grossesse

L’oligospermie et son traitement pour obtenir une grossesse

L’oligospermie est la baisse de la concentration et du pourcentage de spermatozoïdes mobiles dans un échantillon séminal déterminée par un spermogramme ou une analyse séminale

Le spermogramme est actuellement un outil essentiel qui nous procure les meilleures informations pour évaluer la fertilité chez l’homme. Il est notamment très utile pour recommander des traitements personnalisés au couple. Cette analyse permet, entre autres, d’évaluer divers facteurs comme la concentration, la mobilité et la morphologie des spermatozoïdes présents dans l’éjaculat.

Selon les critères de la 5e édition du manuel de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) (2010), un homme souffre d’asthénospermie si les spermatozoïdes à mobilité progressive (spermatozoïdes qui se déplacent) dans le sperme sont inférieurs à 32% ou si les spermatozoïdes mobiles totaux (spermatozoïdes mobiles avec ou sans déplacement) sont inférieurs à 40%. Par ailleurs, il existe une oligospermie lorsque la concentration de spermatozoïdes est inférieure à 15 millions par millilitre d’échantillon séminal.

L’oligoasthénospermie est une cause d’infertilité occasionnée par le fait que le chemin que doit parcourir le spermatozoïde jusqu’à ce qu’il féconde l’ovule est très long et qu’au cours de ce voyage se produit la sélection naturelle des spermatozoïdes les plus aptes à obtenir la fécondation souhaitée. Au cours de cette sélection, la majorité des spermatozoïdes sont rejetés et seuls ceux qui possèdent une meilleure mobilité et une meilleure morphologie ont l’opportunité de tenter de féconder l’ovule. Il est donc essentiel que le sperme ait une bonne quantité et une bonne mobilité de spermatozoïdes.

Quelles sont les causes de l’oligoasthénospermie ?

Les causes ne sont pas connues avec une grande exactitude, mais l’on sait que la mobilité et la concentration séminales peuvent être affectées par divers facteurs, comme :

  • La présence d’anticorps antispermatiques.
  • La consommation excessive d’alcool ou d’autres drogues (tabac, marijuana, etc.).
  • L’âge paternel avancé : au-delà de 45 ans, il existe une baisse de la mobilité.
  • L’exposition à des agents toxiques (fertilisants, solvants chimiques).
  • Les infections séminales.
  • La tératospermie : s’il existe une altération dans la forme des spermatozoïdes, notamment dans la queue et la pièce intermédiaire.
  • Une alimentation inadéquate.
  • Une vasectomie.
  • Des épisodes fébriles.
  • Une chimiothérapie et une radiothérapie.
  • Des habitudes inadéquates qui provoquent une augmentation de la température testiculaire (saunas, vêtements ajustés, etc.).
  • Une obstruction partielle des conduits qui mènent les spermatozoïdes des testicules jusqu’à l’urètre.
  • Des altérations des veines testiculaires (varicocèle).
  • Des troubles de l’épididyme.
  • Des troubles hormonaux.
  • Des traumatismes ou des inflammations dans les testicules.
  • Des maladies génétiques (microdélétion du chromosome Y, fibrose kystique, syndrome de l’X fragile, syndrome de Klinefelter, etc.)

Traitement et solutions contre l’oligoasthénospermie

Selon le niveau d’oligoasthénospermie, divers traitements peuvent être envisagés pour obtenir une grossesse. Face à un cas léger, le traitement le plus simple est l’insémination artificielle. Cette technique, à l’aide d’un cathéter, permet d’introduire l’échantillon séminal, qui contient les meilleurs spermatozoïdes préalablement sélectionnés en laboratoire, dans l’utérus de la patiente. La fécondation de l’ovocyte, dans ce cas, se produirait à l’intérieur de la femme.

L’un des autres traitements recommandés face à un cas léger d’oligoasthénospermie est la fécondation in vitro classique (FIV). Cette technique permet de mettre en contact les spermatozoïdes préalablement sélectionnés avec les ovocytes sur une plaque de culture, dans laquelle se produit la fécondation. Les embryons résultants sont ensuite cultivés et observés afin de sélectionner le meilleur embryon pour son transfert dans l’utérus maternel.

Face à un cas grave d’oligoasthénospermie, le meilleur traitement est la microinjection intracytoplasmatique de spermatozoïdes (ICSI). En utilisant cette technique, l’expert du laboratoire de FIV sélectionne un spermatozoïde et l’introduit à l’intérieur d’un ovocyte. Un éventuel échec de fécondation qui pourrait se produire en réalisant une fécondation in vitro classique (FIV) ou une insémination artificielle est ainsi réduit au maximum. Après une ICSI, la culture et l’observation embryonnaires postérieures sont toujours réalisées pour sélectionner le meilleur embryon à transférer.

Il est important de souligner que face à un cas grave, les spécialistes (gynécologues, urologues et biologistes) doivent évaluer l’option de congeler le sperme pour préserver la fertilité, car une oligoasthénospermie peut parfois déboucher sur une absence totale de spermatozoïdes (azoospermie).

Il existe certaines méthodes qui permettent d’obtenir des améliorations dans la mobilité et la concentration spermatiques. Parmi les plus importantes se trouvent les habitudes alimentaires. Il existe notamment des produits riches en acides aminés essentiels comme la L-carnitine et les antioxydants qui peuvent contribuer à améliorer la qualité séminale s’ils sont combinés à un style de vie sain.

Parlons

Nous vous conseillons sans engagement

SITUATION ACTUELLE

COVID-19