FORUM BLOG

De quelle manière l’obésité affecte-elle la fertilité masculine?

De quelle manière l’obésité affecte-elle la fertilité masculine?

L’obésité, entendue comme un Indice de Masse Corporelle (IMC) supérieur à 30 kg/m2, est associée à divers problèmes de santé : hypertension artérielle, diabète, hypercholestérolémie, apnée du sommeil, etc. L’un des aspects les plus importants et les moins connus est l’impact de l’obésité de l’homme sur sa fertilité.

Espagne. La prévalence d’obésité estimée dans la population adulte (25– 64 ans) est de 22,8% chez les hommes (20,5% chez les femmes), et tend à augmenter avec l’âge.

Selon une étude récente, l’obésité masculine est la cause de 20 % des cas d’infertilité et d’hypofertilité masculine.

  • hez les hommes atteints d’obésité, elle est la cause de 20% des cas d’infertilité ou d’hypofertilité

Pourquoi se produit-elle ?

Chez l’homme atteint d’obésité, une conversion de l’hormone masculine (testostérone) à l’œstrogène se produit, qui entraîne une diminution des niveaux d’hormone masculine et de gonadotrophines. Elle se répercute par une baisse de la quantité et de la qualité du sperme (le volume de l’éjaculat, le nombre de spermatozoïdes et leur mobilité diminuent et des altérations morphologiques apparaissent).

La hausse de la température au niveau testiculaire chez les hommes en surpoids favorise l’apparition d’altérations dans l’ADN des spermatozoïdes.

  • L’obésité affecte la quantité et la qualité du sperme

Facteurs associés

  • Dysfonction érectile:

La présence d’une maladie vasculaire associée et les altérations hormonales décrites contribuent à l’apparition d’une dysfonction érectile chez plus de 30 % des hommes atteints d’obésité (qui atteint 60 % dans certaines études), ce qui complique l’obtention d’une grossesse de façon naturelle.

  • Jusqu’à 60% des hommes atteints d’obésité peuvent souffrir d’une dysfonction érectile
  • Diabète:

Le diabète sévère peut conduire à une éjaculation rétrograde dans laquelle le sperme est dévié vers la vessie au lieu de sortir vers l’extérieur.

  • Hypertension artérielle:

Certains médicaments utilisés pour contrôler l’hypertension réduisent la capacité du spermatozoïde à féconder l’ovule.

Conséquences

Les hommes obèses sont 3 fois plus susceptibles d’avoir une oligospermie (faibles concentrations de spermatozoïdes) que les hommes ayant un poids normal.

La probabilité d’infertilité chez les hommes peut augmenter de 10 % tous les 9 kg de surpoids corporel.

  • Il est estimé que l’infertilité chez les hommes augmente de 10 % tous les 9Kg de surpoids.

Techniques de procréation assistée en obésité masculine

L’apparition de la microinjection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI) au début des années 90 a permis aux couples dans lesquels l’homme avait une faible qualité séminale ou des problèmes d’éjaculation de parvenir à une grossesse. Des études récentes ont analysé les résultats de ce type de traitements en comparant les résultats de traitements dans lesquels l’homme avait un IMC normal à ceux d’un homme ayant un IMC élevé. Il fut observé que le surpoids peut affecter de façon négative le résultat du traitement. Dans les couples dans lesquels l’homme souffre d’obésité, la probabilité d’atteindre une grossesse à terme est réduite.

Approche du problème d’infertilité associée à l’obésité

Pour augmenter le taux de fertilité chez l’homme, il est conseillé d‘atteindre une perte de poids saine et durable dans le temps, par des changements dans le mode de vie et, dans certains cas, par le recours aux médicaments ou à la chirurgie bariatrique.

La réalisation d’un régime méditerranéen améliore la concentration et la motilité des spermatozoïdes et augmente les chances de grossesse spontanée après des techniques de procréation assistée (1).

La perte de poids est associée à une amélioration du profil hormonal, à une amélioration de la qualité du sperme et de la dysfonction érectile. Selon des estimations, une perte de poids comprise entre 5 et 10% entraîne une nette amélioration de tous les paramètres.

Aujourd’hui, il est possible d’envisager la recherche d’une grossesse avec de plus grands espoirs de réussite, que ce soit de façon naturelle ou en utilisant des techniques de procréation assistée.

Prendre conscience de l’importance de mener une vie saine est nécessaire pour avoir une bonne santé physique et mentale et donc, comme il a été commenté, pour un meilleur pronostic de reproduction.

Mª Carmen Tió, biologiste d’Instituto Bernabeu, et la Dr Pino Navarro, endocrinologue et directeur de notre unité d’endocrinologie de la fertilité

Bibliographie

(1) Karayiannis et al., 2017: Association between adherence to the Mediterranean diet and semen quality parameters in male partners of couples attempting fertility

VOUS POUVEZ ÉGALEMENT ÊTRE INTÉRESSÉ:

Parlons

Nous vous conseillons sans engagement

SITUATION ACTUELLE

COVID-19