De quelle manière l’obésité affecte-elle la fertilité masculine? 0L’obésité, dès lors que l’indice de masse corporelle (IMC) est supérieur à 30kg/m2, est associée à divers problèmes de santé : hypertension, diabète, hypercholestérolémie… Un autre aspect qui est également touché est la fertilité. Les effets de l’obésité chez les femmes sont très évidents ; ils produisent des altérations hormonales ayant un impact direct sur la fonction reproductive. C’est pour cette raison que ce sujet a été étudié en détail chez la femme et qu’il existe un grand nombre de publications à ce sujet.

Quant à l’homme, pendant longtemps nous avons recherché un lien entre le surpoids et la fertilité sans parvenir à un consensus. Nous savons que l’obésité de l’homme est associée à des altérations hormonales qui peuvent déboucher sur la diminution de la qualité séminale. Les facteurs qui sont affectés sont le volume de l’éjaculat, le décompte spermatique et la motilité des spermatozoïdes.

Il ne faut pas non plus oublier que parmi les altérations hormonales de ces hommes nous trouvons un faible niveau de testostérone, qui peut entraîner des problèmes de dysfonctionnement érectile et la difficulté qui s’ensuit pour parvenir à une grossesse de manière naturelle.

Il est important de souligner que certaines des maladies liées à l’obésité affectent également la fertilité et le font de deux manières :

  • Directement : le diabète sévère, par exemple, peut dériver en éjaculation rétrograde dans laquelle le sperme est dévié vers la vessie au lieu de sortir vers l’extérieur.
  • Indirectement : certains médicaments, comme ceux nécessaires au contrôle de l’hypertension, réduisent la capacité du spermatozoïde à féconder l’ovule.

L’apparition au début des années quatre-vingt-dix de la micro-injection intra-cytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI) a permis à des couples chez lesquels l’homme présente une qualité de sperme faible ou des problèmes d’éjaculation de parvenir à une grossesse.  Des études récentes ont analysé les résultats de ce type de traitements en comparant les résultats des traitements pour lesquels l’homme présente un IMC normal par rapport à ceux qui en ont un élevé et on a observé que le surpoids peut affecter de manière négative le résultat du traitement. Chez les couples dans lesquels l’homme souffre d’obésité, la probabilité d’obtenir une grossesse à terme est réduite.

Prendre conscience de l’importance de mener une vie saine est nécessaire quant au fait d’avoir une bonne santé physique et mentale, et aussi un meilleur pronostic reproductif.

Mª Carmen Tióbiologiste de l’Instituto Bernabeu

You can arrange an

Rate this post