Allaitement et COVID-19. Est-ce qu’il est sûr pour le nouveau-né ? - Instituto Bernabeu

Face à la situation de pandémie dans laquelle nous nous trouvons, il est très important de protéger l’allaitement maternel. Arrêter l’allaitement à cause du coronavirus (COVID-19) peut entrainer plus de risques que de bénéfices, tant pour la mère que pour le nouveau-né.

UNICEF, l’Académie de Médicine pour l’Allaitement Maternel (Academy of Breastfeeding Medicine), l’OMS (WHO) et les Centres pour le Contrôle et la Prévention de Maladies (CDC) informent que les études limitées sur mères en période d’allaitement, atteintes de COVID-19 et d’autres infections dus au coronavirus, n’ont pas détecté le virus dans le lait maternel. En outre, ils soutiennent qu’il « contient de nombreuses substances que le lait maternisé ne contient pas pour protéger le bébé contre de nombreuses maladies et infections ». Ils notent également que « les bébés allaités sont moins susceptibles d’avoir des otites, de la diarrhée, une pneumonie, une bronchiolite et d’autres infections bactériennes et virales, telles que la méningite ».

Mères non infectées

Les mères qui sont en train d’allaiter leurs bébés ou qui ont récemment commencé à les allaiter et qui ne présentent aucun symptôme de la maladie peuvent continuer à les allaiter normalement.

Mère infectée et isolée

En raison des limitations des études, la préoccupation actuelle est de savoir si une mère infectée peut transmettre le virus par des gouttes respiratoires ou des fomites pendant l’allaitement. Il est recommandé d’effectuer, si possible, l’extraction mécanique du lait lorsque la mère est isolée à cause de la phase contagieuse active, en évitant le contact direct avec le bébé (c’est une période de temps très courte) car dans cette situation la mère sera en isolement et, par conséquent, doit être séparée du nouveau-né ainsi que du reste de la famille qui habite à la maison. Si cela n’est pas possible, l’allaitement peut être autorisé par contact direct avec la mère, mais en prenant les précautions appropriées (masque, lavage des mains …) afin d’éviter de le transmettre au bébé par des pulvérisations respiratoires ou des fomites.

Alicia López, nutritionniste et diététicienne de l’Instituto Bernabeu.

You can arrange an

Rate this post