Unité d’échec d’implantation et de fausse couche à répétition

L’échec d’implantation exige un traitement spécialisé qu’à l’Instituto Bernabeu nous soignons depuis une Unité spécifique multidisciplinaire.

VOUS AVEZ BESOIN D’AIDE ?
Nous vous conseillons sans engagement

+34 965 50 40 00

Qu’est-ce que l’échec d’implantation ?

Il est défini comme la non-réussite d’une grossesse viable après un traitement de FIV. C’est-à-dire, il englobe des patientes qui ne conçoivent pas et aussi des patientes qui l’en font, mais elles souffrent une fausse couche précoce. 

Pourquoi arrive-t-il l’échec d’implantation embryonnaire ?

Cette question est un défi parce que nous ne connaissons pas beaucoup de procédés qui culminent avec une implantation embryonnaire correcte.

Pour commencer, il faut penser que le problème ne provient pas de la mère, sinon de TROIS patients : elle, il et l’embryon.

Nous savons que quelques causes sont maternelles, mais la plupart d’elles sont embryonnaires et nous ne les pouvons pas toujours diagnostiquer ni soigner avec satisfaction, d’où l’élevé degré d’incertitude et d’angoisse de la patiente quand les médecins ne sont pas capables de la trouver.

Pourtant, de grands progrès ont été réalisés dans ce domaine ces dernières années.

Une étude correcte de l’échec d’implantation requise une évaluation multidisciplinaire ; c’est pour cela que à l’INSTITUTO BERNABEU nous créons un groupe de travail spécialisé en ces dérangements et qu’il compte sur des gynécologues, des endocrinologues, des biologistes moléculaires, des généticiens et des embryologistes. 

Comment étudions-nous l’échec d’implantation et la fausse couche à répétition ?

Une évaluation du FACTEUR FEMENIN est nécessaire. L’étude inclut essentiellement une hystéroscopie, une biopsie de l’endomètre et/ou un échantillon de cultures ; une étude de thrombophilies congénitales ou acquises ; des déterminations hormonales, une fonction de la thyroïde et du caryotype. Des études complémentaires peuvent être nécessaires selon le cas.

De manière occasionnelle, nous conseillons d’étudier la réponse individuelle de la patiente dans un cycle antérieur au traitement de reproduction, en évaluant deux paramètres le même jour du cycle qui coïnciderait avec le transfert : les niveaux de progestérone (pour varier la dose ou la voie d’administration (intra-vaginal ou sous-cutanée) – et les contractions de l’utérus, qui, si elles étaient anormales pourraient être modulées avec un traitement pharmaceutique. Les deux études nous permettront d’optimiser la réceptivité de l’utérus maternel pour améliorer la nidification de l’embryon.

LE FACTEUR MASCULIN est étudié par un caryotype, une fragmentation de l’ADN et, une exploration andrologique et une évaluation des chromosomes.

Mais, il n’y a pas de doute que le plus grand progrès a été lieu sur le FACTEUR EMBRYONNAIRE.

En effet, aujourd’hui nous disposons de techniques de biologie moléculaire et génétique qui nous permettent d’analyser les chromosomes de l’embryon entièrement, puisque la cause plus fréquente d’échec d’implantation et de fausse couche précoce est une anomalie dans le nombre et la disposition des chromosomes embryonnaires.

Le transfert d’embryons avec des chromosomes normaux fait que le taux de grossesse soit la même indépendamment de l’âge de la mère et au même temps le risque de fausse couche est réduit drastiquement ; c’est-à-dire, la patiente aura la même expectative de succès indépendamment de son âge, à condition que nous réussissons à transférer des embryons sans des anomalies chromosomiques. 

La technique CSS, connue par ses sigles anglais (Comprehensive Chromosomal Screening), est réalisée environ le 5ème jour du développement embryonnaire et nous montre une grosse efficience pour répondre aux questions les plus importants des patients et des médecins que nous soignons :

Pourquoi n’implantent-ils pas les embryons ?

Pourquoi font-ils une fausse couche ?

Convient-il de répéter le traitement ?

Convient-il de cesser ou changer le traitement ?

Notre haut degré de spécialisation en fausses couches à répétition / défaillance implantatoire nous permet de concentrer tous les spécialistes impliqués dans votre étude lors de votre visite médicale pour qu'en un seul jour vous puissiez subir tous les examens diagnostics nécessaires à l'analyse et à la conception personnalisée de votre traitement.

     Profil maternel:

  • Hystéroscopie et éventuelle biopsie endométriale pour l'étude de la réceptivité utérine.
  • Profil génétique des risques de défaillance implantatoire
  • Étude de thrombophilies
  • Étude immunologique
  • Caryotype
  • Niveaux de vitamine D
  • Échographie haute résolution pour évaluer l'utérus

     Profil paternel:

  • Caryotype
  • Étude de la fragmentation de l'ADN (TUNEL)
  • FISH spermatique

Nous évaluerons toujours de façon personnalisée votre dossier médical préalable, sans vous soumettre à nouveau aux tests ayant donné des résultats fiables.

Est-ce que vous le trouvez intéressant ? OUI No

statistiques de résultats

En savoir plus

Nos résultats de grossesse sont accrédités par des sociétés de certifications externes.

Abonnez-vous au Bulletin d'information IB

Nous avons besoin d'une adresse de courriel valide et accepter les termes et conditions du site.
Voulez-vous nous
conseillez?