Unité d’échec d’implantation et de fausse couche à répétition

L’échec d’implantation exige un traitement spécialisé qu’à l’Instituto Bernabeu nous soignons depuis une Unité spécifique multidisciplinaire.

VOUS AVEZ BESOIN D’AIDE ?

Qu’est-ce que l’échec d’implantation?

Il est défini comme la non-réussite d’une grossesse viable après un traitement de FIV. C’est-à-dire, il englobe des patientes qui ne conçoivent pas et aussi des patientes qui l’en font, mais elles souffrent une fausse couche précoce.

Unidad de fallo de implantación embrionario
 

Pourquoi arrive-t-il l’échec d’implantation embryonnaire ?

Cette question est un défi parce que nous ne connaissons pas beaucoup de procédés qui culminent avec une implantation embryonnaire correcte.

Pour commencer, il faut penser que le problème ne provient pas de la mère, sinon de TROIS patients : elle, il et l’embryon.

Nous savons que quelques causes sont maternelles, mais la plupart d’elles sont embryonnaires et nous ne les pouvons pas toujours diagnostiquer ni soigner avec satisfaction, d’où l’élevé degré d’incertitude et d’angoisse de la patiente quand les médecins ne sont pas capables de la trouver.

Pourtant, de grands progrès ont été réalisés dans ce domaine ces dernières années.

Une étude correcte de l’échec d’implantation requise une évaluation multidisciplinaire ; c’est pour cela que à l’INSTITUTO BERNABEU nous créons un groupe de travail spécialisé en ces dérangements et qu’il compte sur des gynécologues, des endocrinologues, des biologistes moléculaires, des généticiens et des embryologistes. 

Unité d’échec d’implantation et de fausse couche à répétition

Étude pour le diagnostic et le traitement de l’échec d’implantation embryonnaire et la fausse-couche à répétition

Unité d’échec d’implantation et de fausse couche à répétition

Facteur Féminin

Bien que nous sommes encore loin de connaître totalement les facteurs féminins qui justifient l’échec d’implantation et la fausse-couche à répétition, de nouvelles découvertes ont été faites lors de leur étude.   


L’Échographie tridimensionnelle aux mains des échographistes experts et avec des équipements sophistiqués permet d’exclure l’adénomyose, une cause bien connue de perte de réceptivité endométriale et d’anomalies anatomiques de l’utérus.  

Cependant, les études immunologiques ne sont pas très utiles et les traitements qui en dérivent apportent rarement d’amélioration ; cependant et sachant qu’il s’agit d’un domaine en expansion continuelle, à l’IB nous comptons sur une Section d’Immunologie reproductive qui évalue ce facteur et suit de près les découvertes qui pourraient avoir lieu.

De plus, nous réalisons des études des contractions utérines au moment du transfert embryonnaire. Il ne faut pas oublier que l’utérus est un muscle et que donc toute stimulation inadéquate sur ce dernier se traduira par une augmentation de ses contractions, ce qui pourrait expulser l’embryon.  

Une vidéo échographie avec étude de l’activité contractile et détermination des chiffres de Progestérone, est très utile pour éliminer et traiter cette cause.

Finalement, à l’Instituto Bernabeu nous réalisons de études sur l’efficacité de l’instillation dans la cavité utérine quelques jours avant le transfert, de substances qui stimulent l’endomètre pour augmenter sa compétence biologique.

Comme nous le voyons, l’étude du facteur maternel requiert une évaluation multiple.

En plus, nous réalisons une étude dénommée IBgen RIF, qui regroupe un panel de facteurs génétiques, immunologiques et hématologiques, de telle manière qu’un seul test nous apporte des informations sur différentes causes.

Unité d’échec d’implantation et de fausse couche à répétition

Facteur Masculin

LE FACTEUR MASCULIN s’étudie par le biais du caryotype, fragmentation de l’ADN et une exploration andrologique ainsi que l’évaluation des chromosomes.


Un caryotype (il s’agit de l’étude du nombre et de la disposition des chromosomes), qui se réalise sur des cellules du sang, peut être complétement normal, alors que les chromosomes qui contiennent les spermatozoïdes ne le sont pas : pour cela, nous ajoutons dans l’étude un examen appelé FISH, dans lequel on évalue un nombre élevé de spermatozoïdes, habituellement plus de 1 000, pour connaître la dotation chromosomique qu’ils transportent.

Unité d’échec d’implantation et de fausse couche à répétition

Facteur Embryonnaire

Mais c’est sans aucun doute dans le FACTEUR EMBRYONNAIRE que l’on a réalisé les plus grands progrès.

Il est le responsable de la majorité des cas d’échec implantatoire et de fausses-couches à répétition. 


Il ne faut pas oublier que l’embryon est issu de la combinaison de deux cellules reproductrices : le spermatozoïde et l’ovocyte : c’est pour cette raison qu’au moment d’expliquer des échecs antérieurs il faut prendre en compte la manipulation délicate, la nécessité d’une surveillance stricte du développement de ce dernier et des conditions de culture dans le laboratoire, ainsi que du délicat  transfert dans l’utérus maternel.  

En effet, aujourd’hui nous disposons de techniques de biologie moléculaire et génétique qui nous permettent d’analyser les chromosomes de l’embryon entièrement, puisque la cause plus fréquente d’échec d’implantation et de fausse couche précoce est une anomalie dans le nombre et la disposition des chromosomes embryonnaires.

Le transfert d’embryons avec des chromosomes normaux fait que le taux de grossesse soit la même indépendamment de l’âge de la mère et au même temps le risque de fausse couche est réduit drastiquement ; c’est-à-dire, la patiente aura la même expectative de succès indépendamment de son âge, à condition que nous réussissons à transférer des embryons sans des anomalies chromosomiques. 

La technique CSS, connue par ses sigles anglais (Comprehensive Chromosomal Screening)(Preimplantation Genetic Screening (PGS), Preimplantation genetic testing for aneuploidy (PGT-A)), est réalisée environ le 5ème jour du développement embryonnaire et nous montre une grosse efficience pour répondre aux questions les plus importants des patients et des médecins que nous soignons: Pourquoi n’implantent-ils pas les embryons? Pourquoi font-ils une fausse couche? Convient-il de répéter le traitement? Convient-il de cesser ou changer le traitement?

Étude Integrale 1 jour

Notre haut degré de spécialisation en fausses couches à répétition / défaillance implantatoire nous permet de concentrer tous les spécialistes impliqués dans votre étude lors de votre visite médicale pour qu'en un seul jour vous puissiez subir tous les examens diagnostics nécessaires à l'analyse et à la conception personnalisée de votre traitement.

     Profil maternel:

  • Hystéroscopie et possible biopsie endométriale.
  • Profil génétique des risques de défaillance implantatoire
  • Étude de thrombophilies
  • Étude immunologique
  • Caryotype
  • Niveaux de vitamine D
  • Échographie haute résolution pour évaluer l'utérus.
  • Éventuelle étude de contractilité utérine et niveaux de Progestérone le jour du transfert embryonnaire.

     Profil paternel:

  • Caryotype
  • Étude de la fragmentation de l'ADN (TUNEL)
  • FISH spermatique

     Profil embryonnaire:

  • PGS/PGT-A/CCS

Analyse personnalisée de votre dossier médical.

VOUS AVEZ BESOIN D’AIDE ?