fbpx

Actualité

Une étude de l’Instituto Bernabeu conclut que le mosaïcisme embryonnaire est plus fréquent chez les jeunes femmes et chez les embryons à développement plus lent.

22-11-2023

Une étude de l’Instituto Bernabeu conclut que le mosaïcisme embryonnaire est plus fréquent chez les jeunes femmes et chez les embryons à développement plus lent.

La date de la biopsie embryonnaire, effectuée au 6e ou 7e jour de développement, et l’âge de la femme (moins de 34 ans) sont liés à un taux plus élevé d’embryons mosaïques. Telle est la conclusion d’une étude dirige par la Dre Alba Cascales, biologiste de l’équipe de génétique et de biologie moléculaire de l’Instituto Bernabeu Biotech, qui a été récemment publiée dans la revue Journal of Assisted Reproduction and Genetics de la American Society for Reproductive Medicine.

Grâce à cette découverte, « nous avons obtenu des informations très précieuses pour les cliniciens et les patients, qui permettent d’améliorer la gestion et le conseil génétique dans les cycles de fécondation in vitro, sans modifier directement les pratiques cliniques actuelles », a souligné M. Cascales.

Les embryons mosaïques sont ceux qui contiennent des cellules normales et des cellules chromosomiques altérées et, bien qu’ils puissent donner lieu à une grossesse évolutive, dans certains cas, leur taux d’implantation est plus faible et ils sont liés à un taux plus élevé de fausses couches. « Grâce à cette recherche, nous pouvons obtenir davantage d’informations sur l’origine et le mécanisme du mosaïcisme embryonnaire », conclut la Dre Alba Cascales.

Cette étude est la première méta-analyse (une étude qui rassemble différentes études individuelles sur un sujet afin d’obtenir des conclusions plus solides) publiée sur les facteurs influençant le mosaïcisme embryonnaire.

Factors associated with embryo mosaicism: a systematic review and meta-analysis

A. Cascales, R. Morales, A. Castro, J.A. Ortiz, B. Lledo, J. Ten, A. Bernabeu, R. Bernabeu

Parlons

Nous vous conseillons sans engagement

SITUATION ACTUELLE

COVID-19