Actualité

Fertility&Sterility met la lumière sur une étude de l’Instituto Bernabeu concernant les contractions utérines, avec l’utrasound 4D pour diagnostiquer l’échec de l’implantation

29-07-2021

Fertility&Sterility met la lumière sur une étude de l’Instituto Bernabeu concernant les contractions utérines, avec l’utrasound 4D pour diagnostiquer l’échec de l’implantation

La revue scientifique Fertility&Sterility vient de publier la recherche de l’Institut Bernabeu « 4D ultrasound as a method to assess uterine peristalsis » qui a étudié le péristaltisme utérin à l’aide de l’échographie 4D. La publication spécialisée a fait écho des conclusions des nouvelles recherches menées par la Dre. Belén Moliner sur les contractions de l’utérus par échographie 4D et leur lien avec les niveaux de progestérone. Une étude qui peut être un outil de diagnostic dans des cas spécifiques d’échec d’implantation.

L’étude a évalué les résultats de 197 patientes ayant des antécédents d’échecs récurrents d’implantation et qui n’ont pas réussi à obtenir une grossesse après trois cycles de don d’ovocytes ou plus. La plupart des études indiquent que la qualité de l’embryon est la principale raison de l’échec de l’implantation ; ces recherches ont donc cherché à déterminer s’il existe des facteurs utérins impliqués dans l’échec de l’implantation de l’embryon dans l’utérus maternel. Pour ce faire, la recherche s’est concentrée sur le processus avec des femmes ayant subi des cycles de don, car ces embryons ont généralement une plus grande capacité d’implantation.

Grâce à un enregistrement de 6 minutes de l’échographie en 4D, les experts ont évalué la contractilité utérine. Avant le transfert d’embryons, les niveaux de progestérone et les contractions de la patiente ont été analysés. Parmi les conclusions, la recherche observe que les patientes ayant un faible taux de progestérone ont tendance à souffrir davantage de contractions utérines. La Dre Moliner reconnaît que bien qu’il existe de nombreux facteurs différents qui provoquent l’échec de l’implantation, dans le groupe des patientes présentant des contractions utérines élevées associées à de faibles niveaux de progestérone, l’échographie en 4D peut être « un outil de diagnostic prometteur dans la pratique clinique ». Le médecin avertit que d’autres études sont nécessaires dans cette ligne pour confirmer les premiers résultats de cette recherche. Parmi elles, l’étude de la progestérone dans certains groupes de patients présentant une contractilité élevée.

“4D ultrasound as a method to assess uterine peristalsis”

B. Moliner, J. Ll. Aparicio, F. Sellers, J. C. Castillo, A. Fuentes, A. Bernabeu, R. Bernabeu

Parlons

Nous vous conseillons sans engagement

SITUATION ACTUELLE

COVID-19