Hormone Antimüllérienne (AMH): Connaissez l'âge de votre ovaire - Instituto Bernabeu

Qu’est-ce que l’hormone antimüllérienne?

C’est une protéine qui a un rôle fondamental dans la différenciation sexuelle au stade fœtal. Chez les hommes, il est produit par un type spécifique de cellules testiculaires (cellules de Sertoli). En présence de cette hormone, le développement du phénotype masculin commence. Cependant, lorsque l’hormone antimüllérienne est absente, la différenciation de certaines structures fœtales (canaux de Müller) se produit dans l’utérus, un tiers du vagin et de l’oviducte, c’est-à-dire vers un phénotype féminin.

Quel que soit son rôle dans le développement fœtal, dans le cadre de la procréation assistée, il renseigne sur la réserve ovarienne d’une femme.

Chez les femmes, où cela se produit-il?

L’hormone antimüllérienne est produite par les cellules de la granulosa des petits follicules (antraux et pré-antraux) de l’ovaire à partir de 36 semaines de développement fœtal jusqu’à ce que la femme entre dans la phase ménopausique. Ses niveaux varient tout au long de la vie de la femme: ils sont très faibles, pratiquement indétectables après la naissance et ont un niveau maximum vers l’âge de 25 ans.

Ces niveaux diminuent progressivement jusqu’à environ 35 ans, à partir de là ils diminuent beaucoup plus rapidement jusqu’à devenir presque indétectables avec l’arrivée de la ménopause.

Qu’est-ce que c’est la réserve ovarienne?

La réserve ovarienne est un concept largement utilisé en procréation assistée, mais les patientes ne connaissent pas toujours sa signification et ses implications cliniques. Actuellement, la réserve ovarienne d’une femme se réfère à la fois à la quantité et à la qualité des ovocytes qu’elle a dans ses ovaires.

Pour cette raison, il nous fournit des informations sur l’avenir reproductif et les possibilités de reproduction d’une femme.

La réserve ovarienne est inversement proportionnelle à l’âge de la femme, c’est-à-dire que plus elle est âgée, plus la réserve ovarienne est faible et la qualité des ovocytes inférieure et donc sa fertilité est réduite. Actuellement, le moyen le plus adéquat d’établir la réserve ovarienne consiste à déterminer les taux sanguins de l’hormone antimüllérienne ainsi que la réalisation d’une échographie dans les conditions basales (entre les jours 3 et 5 du cycle menstruel) pour effectuer le comptage des follicules antraux présents dans les deux ovaires.

Les résultats fournis par ces deux examens doivent être interprétés conjointement par un gynécologue spécialiste, qui informera la patiente de sa situation du point de vue reproductif et la conseillera sur le traitement le plus approprié.

Quelle est la méthode d’analyse AMH la plus fiable?

Au niveau analytique, il est important de noter que les valeurs obtenues après l’analyse peuvent varier d’un laboratoire à l’autre. Fondamentalement, à l’heure actuelle, il existe deux techniques les plus utilisées: l’ELISA (enzyme immunoassay) qui est une technique manuelle (donc plus sensible aux erreurs) et les immuno-essais automatisés. À l’Institut Bernabeu, nous utilisons l’immuno-essai automatisé de Roche qui, à notre avis, nous offre les avantages suivants:

  • Avoir une technique plus spécifique qui nous aide à guider et à prendre des décisions plus sûres pour le diagnostic et le traitement.
  • La réalisation des analyses dans nos laboratoires nous permet de mieux contrôler la manipulation et la conservation de l’échantillon.
  • Le résultat des analyses est disponible en quelques jours, ce qui nous permet de planifier la prochaine consultation avec le gynécologue dans les plus brefs délais, réduisant ainsi l’anxiété du couple.
  • Étant un centre de référence en médecine de la reproduction, nous disposons d’informations sur les traitements de procréation assistée de nos patients, réalisés après l’évaluation de l’hormone antimüllérienne. De cette manière, ce suivi nous permettra d’appliquer notre expérience aux futurs patients avec l’objectif continu d’améliorer notre travail au jour le jour..

Quel niveau d’hormone antimüllérienne est considéré comme normal?

Bien qu’il n’y ait pas de consensus clair à cet égard et l’influence évidente de l’âge sur ses niveaux, en général, on considère normaux des niveaux supérieurs à 1 ng / ml (7,14 pmol / l).

Hormone antimüllérienne élevée, quelle est sa signification en procréation assistée?

Puisque cette hormone est synthétisée par les cellules de la couche granuleuse des petits follicules (antraux et pré-antraux), les femmes diagnostiquées avec un ovaire polykystique présenteront des taux élevés.

De plus, des taux sanguins élevés avant le début de la stimulation ovarienne ont été associés à un risque accru de développer un syndrome d’hyperstimulation ovarienne. (Lee et al., 2008; Nelson et al., 2007).

Hormone antimüllérienne basse, puis-je tomber enceinte?

Pour répondre à cette question, nous nous appuyons sur deux des études les plus récentes publiées sur le sujet.

Dans le premier d’entre eux, publié en 2017 (Steiner et al.), 750 femmes présentant de faibles taux d’hormone antimulleriana (<0,7 ng / ml; <5 pmol / l) ont été incluses et ont conclu que ces femmes avaient la même probabilité accumulé pour concevoir en 6 ou 12 mois que les femmes avec des valeurs normales.

Dans la deuxième étude, publiée en 2019 (Zhang et al), 9431 femmes réparties en deux groupes selon leur âge (plus de 35 ans et moins de 35 ans) ont été incluses. Chez les patients de moins de 35 ans présentant de faibles taux d’hormone antimüllérienne, il a été établi qu’après trois transferts d’embryons de bonne qualité, les résultats du traitement par FIV étaient optimaux. Cependant, chez les femmes de plus de 35 ans, même avec des niveaux normaux-élevés d’hormone anti-mullérienne, le taux de grossesse clinique et de nouveau-né vivant était plus faible et le taux d’avortement était plus élevé que dans le groupe des femmes plus jeunes. Ce fait met en évidence l’importance de l’âge maternel dans la réalisation d’une grossesse évolutive.

Ainsi, le fait qu’une femme présente de faibles taux d’hormone antimüllérienne, peut se traduire par l’obtention d’un faible nombre d’ovocytes après stimulation et ponction ovarienne, mais cela ne signifie en aucun cas qu’elle ne peut pas réaliser une gestation évolutive.

Selon ces résultats, la valeur de l’hormone antimüllérienne est utile au gynécologue pour individualiser le traitement pharmacologique de la stimulation ovarienne, mais pas pour connaître le potentiel reproducteur de cette femme.

Quelles options ai-je face à de niveaux faibles de AMH?

Comme nous l’avons expliqué précédemment, face à de faibles taux d’hormone antimüllérienne et un faible nombre de follicules antraux, il est prévu de trouver une faible réserve ovarienne et d’obtenir un faible nombre d’ovocytes après stimulation des ovaires. Dans cette situation, il est important d’individualiser et d’optimiser le processus de stimulation ovarienne, afin que nous puissions obtenir les meilleures performances possibles des ovaires d’une femme.

Avec cet objectif clair, l’Instituto Bernabeu a créé l’Unité de faible réponse ovarienne, dirigée par le Dr Llácer, et a conçu les protocoles visant à obtenir le maximum d’ovocytes qui garantissent un nombre optimal d’embryons de bonne qualité pour augmenter les probabilités de succès.

Étant donné une faible réserve / réponse ovarienne, quelles options ai-je si je n’ai pas encore envisagé l’option de la maternité?

Nous pourrions envisager trois options:

  • Faire avancer notre projet de maternité, en recherchant une grossesse le plus tôt possible si nous avons un partenaire stable.
  • En cas d’avoir un partenaire stable mais ne souhaitant pas encore envisager l’option de la maternité, il existe la possibilité de réaliser un traitement de procréation assistée, d’obtenir des embryons et de les congeler par vitrification en attendant le moment que le couple juge opportun de les transférer et donner lieu ainsi à une grossesse.
  • S’il n’y avait pas de partenaire stable et que nous voulions reporter notre maternité, il serait également possible de réaliser un ou plusieurs traitements de procréation assistée pour obtenir et vitrifier les ovocytes, en attendant le bon moment pour leur fécondation (avec sperme du partenaire ou bien avec sperme de donneur si la femme souhaite la monoparentalité) et transférer par la suite, les embryons obtenus afin d’obtenir une grossesse.

Bibliographie

Dre. Ana Fabregatpharmacienne de l’Instituto Bernabeu

You can arrange an

Rate this post