Une étude de l’Instituto Bernabeu parie sur la tentative de stimulation ovarienne chez des patientes à faible réponse

  • 22-08-2018

Une étude développée à l’Institut Bernabeu Albacete envisage de tenter la stimulation ovarienne chez des patientes ayant des niveaux d’obtention d’ovocytes plus bas en se basant sur les bons résultats obtenus. Il s’agit d’une stratégie se présentant comme une étape préalable au don d’ovocytes.  

La recherche qui a été présentée sous format de poster au congrès national de la Société espagnole de Fertilité (SEF) sous le titre « Faible réserve ovarienne ; est-ce que cela vaut la peine d’essayer ? » a étudié durant deux ans des patientes ayant une réserve ovarienne faible et étant âgée de 36 ans et demi. Le taux de grossesse clinique a dépassé 51 % et celle de grossesse évolutive a atteint 33,3 %. L’étude que mène la gynécologue de l’Instituto Bernabeu Albacete, María Antonia López, conclut que la « stimulation ovarienne chez les patientes ayant une réserve ovarienne faible est une stratégie à prendre en compte avant le don d’oocyte, étant donné les excellents taux de fécondation, grossesse clinique et évolutive ». Le travail souligne que ces données se rapprochent de celles des patientes ayant une réponse ovarienne normale.

Un estudio de Instituto Bernabeu apuesta por intentar la estimulación ovárica en pacientes con baja respuesta

VOUS AVEZ BESOIN D’AIDE ?