Human Reproduction met en valeur une recherche de l’Instituto Bernabeu sur l’influence de l’ADN mitochondrial dans les résultats de la FIV

  • 20-02-2019

La revue scientifique Human Reproduction a publié une recherche de l’Instituto Bernabeu qui étudie si le nombre de copies de l’ADN mitochondrial (ADNmt) dans les embryons humains peut affecter le taux de grossesse. La clinique est la première à réaliser une étude complète de l’ADNmt embryonnaire associé au résultat de la FIV, en analysant la qualité et la quantité de l’ADNmt.

La recherche analyse si l’ADN qui se trouve dans les mitochondries, organes cellulaires qui fournissent la plus grande partie d’énergie pour l’activité cellulaire peut affecter le taux de grossesse dans un traitement de fécondation in vitro (FIV). Le travail a pris en compte certaines recherches qui mettent en relation les niveaux d’ADNmt élevés avec des possibilités plus faibles d’implantation de l’embryon.

Les chercheurs de Instituto Bernabeu ont examiné au cours d’une année les échantillons d’ADNmt de 159 embryons (blastocystes) appartenant à 142 couples auxquels ont été pratiqués des examens génétiques préimplantatoires d’analyse d’altérations chromosomiques (aneuploïdies) dénommées PGT-A. Les embryons ont subi une biopsie au 5ème ou 6ème jour et via le séquençage massif (NGS), le test pour détecter des aneuploïdies a été réalisé. Tous ont été diagnostiqués comme euploïdies non mosaïques et on leur a pratiqué l’analyse d’ADNmt et ils ont été transférés. La moyenne d’âge de la mère était de 30,7 ans et 51,56 % des ovocytes correspondaient à un don. Après la FIV avec PGT-A, 42 % des embryons a conduit à une grossesse.

La recherche a montré qu’avec des niveaux plus élevés d’ADNmt, il existe une probabilité inferieure de produire une grossesse. Et que les femmes de plus de 40 ans possédaient également des niveaux d’ADNmt plus élevés que les femmes plus jeunes.

L’ADNmt pourrait être utilisé comme un outil supplémentaire aidant à la sélection des embryons ayant une capacité supplémentaire de conduire à la naissance d’un enfant sain.  

 

“Comprehensive mitochondrial DNA analysis and IVF outcome”

B. Lledo 1, J.A. Ortiz, R. Morales, E. García-Hernández, J. Ten, A. Bernabeu, J. Llácer, R. Bernabeu

VOUS AVEZ BESOIN D’AIDE ?