Risque de grossesse ectopique après une fécondation in vitro (FIV) - Instituto Bernabeu

Une grossesse ectopique est une grossesse qui a lieu en dehors de l’utérus. Son lieu de développement le plus fréquent est la trompe et cela ne permet pas d’avoir une gestation évolutive.

Historiquement, il a été considéré que la fécondation in vitro pouvait augmenter l’incidence de cette pathologie.

Une étude publiée dans la revue Fertility and Sterility a abordé en détail ce sujet et après une évaluation de plus de 100 000 cycles de fécondation in vitro (FIV), réalisée aux États-Unis entre les années 2008 et 2011, les résultats suivants ont été obtenus : sur le total de ces cycles, 1,38 % ont été des grossesses ectopiques, mais le fait le plus significatif est que le risque de grossesse ectopique est plus élevé lorsque que l’on transfère des embryons frais face à des embryons congelés.

Cette situation apparaît uniquement lorsque le traitement est réalisé avec les propres ovocytes de la patiente. Cependant, dans le don d’ovocyte, avec des patientes réceptrices des ovocytes, la probabilité de grossesse ectopique est la même que l’on transfère des embryons frais ou des embryons préalablement congelés.

Cela nous conduit à une conclusion : ces résultats suggèrent que la propre stimulation ovarienne requise pour obtenir les ovocytes entraînent des modifications dans l’environnement de la trompe et l’utérus, et cela pourrait augmenter le risque de cette complication.

Il s’agit donc d’un argument supplémentaire qui soutient l’idée d’un transfert dans un cycle différent à celui de la stimulation ovarienne et d’un embryon congelé (transfert dans un cycle différé ou postérieur).

Dr. Rafael Bernabeu, Directeur Médical de l’Instituto Bernabeu.

You can arrange an

Rate this post