Qu'est-ce que l'endométrite chronique? Quel est son effet sur la fertilité? - Instituto Bernabeu

L’endométrite chronique est une inflammation continue de l’endomètre. C’est une pathologie qui peut être retrouvée chez jusqu’à 10% des femmes, bien que l’on sache que ce pourcentage est beaucoup plus élevé chez les patientes ayant eu des échecs répétés d’implantation d’embryons ou chez les patientes ayant subi des fausses couches à répétition (10-67%).

Quels sont les symptômes que l’endométrite chronique peut causer?

Les symptômes qu’elle peut provoquer sont très variés, allant d’une situation totalement asymptomatique à des douleurs pelviennes chroniques. Cependant, lorsqu’il apparaît, le symptôme le plus fréquent est un saignement utérin dysfonctionnel, c’est-à-dire un saignement anormal entre les règles.

On ne sait toujours pas comment apparaît l’inflammation chronique d’un endomètre qui se régénère chaque mois, bien que tout semble indiquer que cela est dû à la présence de micro-organismes qui habitent l’utérus, et que, sans provoquer d’infection, ils provoquent cette réaction dans l’endomètre. Cependant, bien qu’il existe déjà certains micro-organismes soupçonnés d’être la cause de cette pathologie, il n’est pas encore possible de dire de manière concluante quels ils sont et comment ils affectent.

Comment diagnostiquer l’endométrite chronique?

Le diagnostic est fait par histopathologie de l’endomètre, c’est-à-dire qu’il est nécessaire de faire une biopsie de l’endomètre, puis de l’analyser. Le test doit détecter les plasmocytes, qui sont un type de cellule sanguine qui provoque une inflammation des tissus. Afin de les distinguer, un marqueur de ces cellules est utilisé, qui est le CD 138. Cependant, certains signes que l’on retrouve en hystéroscopie pourraient également alerter sur cette pathologie, comme la présence de micropolypes.

Quel est le traitement de l’endométrite chronique?

Quelque chose qui renforce la théorie selon laquelle l’endométrite chronique est due à la présence de micro-organismes est que les antibiotiques se sont avérés efficaces dans sa résolution.

Plus intéressant dans le domaine de la médecine de la reproduction est l’effet qu’elle peut produire dans nos traitements. Cette inflammation chronique provoque des changements immunitaires et empêche le changement nécessaire de l’endomètre de se produire pendant la fenêtre d’implantation, nous parlerions donc d’un endomètre avec sa réceptivité modifiée. Bien qu’il ne soit pas clair si cette pathologie peut être une cause ou une conséquence d’un échec d’implantation ou d’un avortement, on sait qu’une fois l’endométrite chronique guérie, le pronostic des patientes pour une nouvelle grossesse s’améliore.

Enfin, compte tenu de son importance sur les résultats des traitements de procréation assistée, la présence de cette pathologie doit être écartée chez toutes les patientes en échec d’implantation répété ou en avortements répétés, soit par une biopsie endométriale dirigée lors d’une hystéroscopie, soit bien effectuer une biopsie de l’endomètre lors de la consultation médicale.  Sa découverte nécessite un traitement antibiotique pendant 14 jours. Malgré la grande efficacité de cette thérapie (plus de 90% de guérisons), il n’y a pas de consensus sur la nécessité ou non d’une deuxième biopsie pour confirmer la guérison, il est donc préférable d’individualiser la situation dans chaque cas.

VOUS POUVEZ ÉGALEMENT ÊTRE INTÉRESSÉ

Dre. Belén Moliner, gynécologue de l’Institute Bernabeu

You can arrange an

Rate this post