Quels sont les examens à faire avant un traitement de don d’ovule?

Le don d’ovocytes est devenu un recours lorsque les femmes ne peuvent plus utiliser leurs propres ovules pour des motifs variés, comme une faible réserve ovarienne, faible qualité ovocytaire ou une ménopause précoce.

Il s’agit d’un processus largement répandu en Espagne. De la même manière que l’Espagne pulvérise le record en don et greffe d’organes, elle enregistre le nombre de donneurs d’ovules le plus élevé de toute l’Europe.

Comme on le sait, les donneuses sont soumises à un critère strict de sélection et des examens analytiques, tests médicaux et même génétiques avant de pouvoir entrer dans le programme de don dans notre centre. Mais, lafemme réceptrice doit-elle se soumettre également à un certain type d’examens médicaux préalables ?

Les examens communs à toutes les femmes qui vont se soumettre à un traitement de don d’ovules sont :

  • Analyse de sang, groupe sanguin et facteur Rh : En premier lieu, une analyse de sang basique avec la détermination du groupe sanguin et du facteur Rh. L’analyse de sang basique inclura un hémogramme, la biochimie et la coagulation et nous permettra de déterminer le stade de bonne santé de la femme. Le groupe et le facteur Rh sont des paramètres qui sont pris en compte pour la sélection d’une donneuse spécifique.
  • Exploration gynécologique : Une exploration gynécologique complète et actualisée qui comprenne une cytologie cervico-vaginale et une échographie transversale est nécessaire dans le but d’exclure les pathologies qui pourraient interférer dans la future gestation.
  • Test sérologiques : Par Décret royal et conformément à la Loi espagnole de Reproduction Assistée, c’est un prérequis indispensable de documenter et réviser les sérologies sanguines pour l’hépatite B, hépatite C, le Virus de l’Immunodéficience Humaine (VIH), la Syphilis et la rubéole ; la femme doit disposer d’une analyse actualisée de moins d’un an. Ces déterminations sérologiques sont communes et obligatoires.
  • Évaluations thyroïdienne : l’étude des examens complémentaires nécessite également une étude hormonale thyroïdienne dans laquelle on analyse l’hormone TSH (hormone stimulante de la thyroïde) et les anticorps AntiTPO (anticorps antithyroperoxydase). Il est important de maintenir un niveau optimal des hormones thyroïdiennes ; il existe deux grands cadres qui dépendent de si les hormones thyroïdiennes sont faibles (hypothyroïdie) ou élevées (hyperthyroïdie). Les Anti-TPO doivent être pris en compte lors de l’évaluation des patientes ayant une hypothyroïdie infraclinique ; compte-tenu que ces anticorps sont spécifiques aux maladies auto-immunes de la glande thyroïde, il s’agirait de situations dans lesquelles le système immunitaire attaque les cellules saines du propre corps.
  • Hémoglobine glyquée : on détermine également la HbA1C, connue comme hémoglobine glyquée ou glycosylée. Nous pouvons dire que c’est un examen qui apporte une vision rétrospective des niveaux de sucres dans le sang sur les trois derniers mois.

Dans le cas des femmes de 40 ou plus, il est nécessaire de compter sur une mammographie récente.

Pour les femmes de plus de 45 ans, certains examens diagnostics complémentaires seront requis, tel qu’un électrocardiogramme, un examen qui enregistre l’activité électrique du cœur qui a lieu dans chaque battement cardiaque. Ces examens devront être accompagnés d’un rapport médical qui indique que l’état de santé de la femme lui permet de mener à bien une grossesse dans des conditions adéquates et exemptes de complications supplémentaires.

Une fois les examens terminés et documentés, le traitement pourra débuter.

You can arrange an

Rate this post