la MétabolomiqueUne des principales limites des techniques de reproduction assistée sont les taux d’implantation embryonnaire. Le taux d’implantation est la capacité qu’a l’embryon à s’implanter dans l’utérus maternel. C’est-à-dire que les embryons sont capables d’aboutir à une grossesse, certains avec plus de probabilités que d’autres. Si nous pouvions sélectionner les embryons ayant la plus forte capacité d’implantation, nous améliorerions les taux de réussite des techniques de reproduction assistée.

Il existe des méthodes telles que le Screening Génétique Préimplantatoire d’aneuploïdies (PGS, PGT-A) qui permet de sélectionner les embryons normaux au niveau chromosomique et ainsi d’améliorer le taux d’implantation. Cependant, il s’agit d’une méthode qui nécessite une biopsie embryonnaire et la convertit en méthode invasive.

Par ailleurs, nous disposons de méthodes non invasives, dans lesquelles une intervention sur l’embryon n’est pas nécessaire.  Actuellement, la visualisation des embryons au microscope est le seul outil non invasif pour sélectionner les embryons ayant une capacité supérieure pour donner lieu à une grossesse évolutive. Cependant, il existe encore des situations dans lesquelles certains des embryons considérés de bonne qualité lors de leur visualisation au microscope ne s’implantent pas alors que d’autres de qualité moindre s’implantent.

La métabolomique est un domaine scientifique récent qui analyse le métabolisme des cellules. Il nous permet de savoir comment s’alimente l’embryon et en fonction de cela d’évaluer si ce dernier a plus ou moins la capacité d’aboutir à une grossesse.  C’est-à-dire que la consommation par l’embryon des nutriments qui se trouvent dans le milieu de culture ainsi que les résidus que ce dernier libère peuvent nous permettre d’identifier les embryons qui aboutiront à une grossesse plus facilement.

L’avantage de la métabolomique est qu’on utilise le milieu de culture dans lequel l’embryon s’est développé dans le laboratoire et il n’est donc pas manipulé, ce qui en fait une méthode non invasive de sélection embryonnaire.

L’Instituto Bernabeu a développé des lignes de recherche qui permettent d’identifier et de quantifier les composants du milieu de culture de l’embryon qui servent de marqueurs pour sélectionner les embryons ayant le plus de possibilités de s’implanter et aboutissent à une grossesse évolutive.

Dre. Belén Lledódirectrice médicale d’IBBIOTECH, du groupe Instituto Bernabeu

You can arrange an

Rate this post