Infertilité chez l’homme et cryptorchidie 0La cryptorchidie, du grec kriptos (occulte) et orchis (testicule), est le manque de descente d’un ou des deux testicules dans le scrotum. On estime qu’entre 2 et 5 % des nouveau-nés souffrent de cette altération même si cette donnée atteint 30 % dans le cas des enfants prématurés. Dans beaucoup de cas, cela se résout de manière spontanée, et seul 1 % des enfants âgé d’un an en souffrent.

Les facteurs qui causent la cryptorchidie sont :

  • Hormonaux : déficit de certaines hormones durant la grossesse ou les premiers mois après la naissance.
  • Altérations anatomiques : ce sont les plus communes ; il s’agit d’anomalies dans les tissus qui interviennent dans la descente testiculaire.
  • Causes génétiques : syndrome de Klinefelter (hommes ayant un chromosome X en trop), chromosome Y plus long que la normale et autres altérations génétiques.
  • Actuellement on parle également de facteurs environnementaux durant la vie fœtale en lien avec cette pathologie (maladie de la mère durant la grossesse, agents chimiques, etc.)

La température est un facteur important dans la fonction testiculaire et le fait de ne pas être descendu est un préjudice pour le testicule, puisqu’il est exposé à des températures plus élevées que celle à laquelle il se trouverait dans le scrotum.

Il existe plusieurs voies de traitement :

  • Traitement chirurgical : c’est actuellement la méthode la plus efficace et elle consiste à la relocalisation du testicule dans le scrotum. Si à l’année le testicule n’est pas descendu, il existe un risque élevé que les cellules qui donneront lieu à des spermatozoïdes dégénèrent raison pour laquelle on recommande un recours à la chirurgie avant d’atteindre les 18 mois d’âge et toujours avant les 5 ans. Malheureusement on rencontre encore des cryptorchidies non traitées à des âges supérieurs.
  • Traitement hormonal : Uniquement indiqué pour un nombre de cas réduits.

Dans la majorité des cas la cryptorchidie est unilatérale (un seul testicule n’est pas descendu) et les répercussions quant à la fertilité sont moindres par rapport à la cryptorchidie bilatérale (aucun des testicules ne sont descendus). Dans ce dernier cas, fréquemment nous trouvons des altérations graves de la qualité séminale qui conduisent également à l’absence de spermatozoïdes dans l’éjaculat (azoospermie).

Heureusement, actuellement il existe des techniques qui nous permettent d’obtenir des spermatozoïdes et de réaliser une Fécondation in Vitro. La récupération se fait par le biais du recueil d’une petite quantité de tissu par une ponction dans le testicule sous anesthésie locale et aspiration avec une aiguille fine (PAAF) ou via une biopsie testiculaire, dans laquelle on obtient les fragments de testicule.

Au-delà d’être associée à des problèmes de fertilité on sait que la cryptorchidie non corrigée est également liée à une plus grande incidence de cancer testiculaire, et donc un diagnostic correct et un traitement sont cruciaux.

Mª Carmen Tióbiologiste de l’Instituto Bernabeu

You can arrange an

Rate this post