Cryoconservation du cortex ovarien. Qu’est-ce que c’est? Est-ce mieux que la congélation des ovules?

L’urgence sanitaire engendrée par l’impact du Covid-19 a occasionné, dans le domaine de la procréation médicalement assistée, l’arrêt total et sans précédent de l’activité des unités, suite aux recommandations de sécurité des principales sociétés scientifiques. Même si rien ne preuve actuellement que le virus puisse être isolé dans les gamètes et les embryons, les suggestions visent à éviter la grossesse du fait du manque de connaissance des effets négatifs d’une éventuelle infection lors des premières phases de la grossesse.

Dans les laboratoires, nous avons dû nous adapter rapidement à ces mesures, qui sont notamment orientées à ne pas lancer de nouveaux traitements avant la levée de l’alerte, et à différer le transfert embryonnaire, en cryopréservant les ovocytes ou les embryons chez les patients ayant commencé leurs cycles avant la publication de ces recommandations.

Dans ce contexte, les techniques de cryopréservation utilisées dans la routine du laboratoire ont contribué à atténuer les dommages chez nos patientes.

La vitrification est actuellement la technique de cryopréservation d’ovules et d’embryons la plus répandue à tout stade. Cette technique a pour principal avantage d’éliminer pratiquement le problème le plus important lié à la congélation, à savoir la formation de cristaux de glace qui peuvent endommager les structures cellulaires. Pour cela, la vitrification implique la combinaison de concentrations élevées de cryoprotecteurs (des substances agissant en tant que des antigels) et d’un refroidissement extrêmement rapide, qui font que l’échantillon se solidifie en atteignant un aspect vitreux qui empêche la cristallisation.

Les taux de survie obtenus, tant pour les ovocytes que pour les embryons, sont supérieurs à 90%, et de nombreuses études récentes font état de taux de grossesse comparables à ceux obtenus en utilisant d’ovocytes et d’embryons frais, ce qui coïncide avec les résultats que nous avons obtenus après l’incorporation de cette technique à l’Instituto Bernabeu depuis 15 ans.

Les ovocytes et les embryons préservés sont conservés, parfaitement identifiés, dans des récipients cryogéniques contenant de l’azote liquide à -196 degrés centigrades jusqu’au moment de les utiliser, soit une fois la situation résolue soit lorsque la patiente le jugera opportun, compte tenu du fait qu’ils ne seraient pas abîmés, même si la période de congélation devrait être prolongée de plusieurs années. Notre laboratoire de cryoconservation de gamètes et embryons est hautement spécialisé et respecte les normes strictes UNE. Chaque échantillon de chaque patiente a sa propre localisation exclusive dans les citernes cryogéniques, cela permet de les identifier clairement avec la patiente. En plus, en suivant les directives européennes, les embryons sont cryopréserves et gardés dans des dispositifs fermés isolés des autres échantillons, en les protégeant contre des possibles contaminations croisées et en garantissant les conditions d’asepsie.

En vue d’un meilleur contrôle, ces réservoirs d’azote sont dotés de systèmes d’auto-remplissage, afin de garantir le maintien des températures cryogéniques et d’un système de surveillance 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

C’est grâce à la vitrification que les laboratoires ont pu réagir à cette crise en préservant le matériel biologique de nos patientes afin d’essayer d’obtenir une grossesse avec le maximum de garanties, dès que les autorités sanitaires considéreront la pandémie sous contrôle.

Jaime Guerrero, Embryologue et directeur de l’Unité de Cryobiologie et de Don à l’Instituto Bernabeu

You can arrange an

Rate this post