Éjaculation précoce et autres problèmes dans l’éjaculat 0

L’éjaculation est le processus organique qui contrôle l’émission de sperme depuis les vésicules séminales jusqu’à l’extérieur. À différents niveaux de la voie séminale s’accumulent des substances dont la fonction est nutritionnelle et d’entretien afin de garantir la vitalité et la commodité du spermatozoïde lors de son voyage vers l’extérieur. Ce voyage peut être altéré de différentes manières, particulièrement quant à sa durée (éjaculation précoce ou retardée), à sa destination (éjaculation rétrograde) ou à l’absence de cette dernière (anéjaculation). La présence d’altérations lors de l’éjaculation est liée à des problèmes lors de l’émission et du dépôt de sperme dans le vagin, ce qui met clairement en évidence son lien avec les problèmes de fertilité.

Le DSM-IV définit l’éjaculation précoce comme une « éjaculation persistante et récurrente en réponse à une stimulation sexuelle minimum avant, durant ou immédiatement après la pénétration et avant que la personne ne le souhaite ». Une des caractéristiques est que l’éjaculation survient toujours ou presque toujours avant ou aux alentours d’une minute à compter de la pénétration vaginale ; il existe une incapacité à retarder l’éjaculation dans toutes ou presque toutes les relations et cela provoque des conséquences personnelles négatives telles que l’angoisse, la préoccupation, la frustration et / ou le fait d’éviter l’intimité sexuelle, ce qui a une répercussion très négative sur la qualité de vie du patient. Elle est fréquente chez les jeunes hommes et jusqu’à 30 % des patients souffrant d’éjaculation précoce ont des problèmes de dysfonctionnement érectile.

Une de ses causes principales est la réduction de la fréquence des coïts (temps d’abstinence prolongé), associée à des altérations psychologiques liées à des expériences sexuelles frustrantes ou traumatiques. Fréquemment, elle s’associe à des problèmes sexuels dans le couple, tels que l’anorgasmie et le vaginisme, sachant qu’il est vivement recommandé d’impliquer le conjoint dans le traitement.

L’anéjaculation implique l’absence d’éjaculation. C’est la cause la plus grave puisqu’il n’existe pas d’échantillon séminal et qu’il faut donc avoir recours à une biopsie/PAAF testiculaire pour récupérer les spermatozoïdes. Ses causas sont neuronales et psychologiques (évitement des relations sexuelles).

L’éjaculation rétrograde signifie l’émission de sperme vers la vessie au lieu de vers l’extérieur ; c’est principalement dû à des causes pharmacologiques (usage d’alpha- bloquants) et également à des altérations anatomiques (secondaires au traitement chirurgical de la pathologie prostatique). Dans ces cas, il existe la possibilité de récupérer les spermatozoïdes dans l’urine, après l’éjaculation (à l’aide d’un microscope), même si les résultats et la qualité de l’échantillon ne sont pas toujours ceux que l’on attend.

L’éjaculation retardée est une émission de sperme retardée dans le temps. Il peut s’agir d’un problème d’infertilité si l’émission est si tardive que l’éjaculation a lieu en dehors du vagin.

Le traitement de l’ensemble de ces causes est multimodal, et combine des outils pharmacologiques avec des stratégies de thérapie comportementale et de couple.

You can arrange an

Rate this post