De quelle manière la vitrification affecte-t-elle les blastocystes biopsiés

La sélection d’embryons sains et viables est de plus en plus importante dans le domaine de la reproduction assistée. Cette sélection se réalise par le biais du diagnostic génétique préimplantatoire (DGP), qui consiste à analyser certaines cellules de l’ embryon et à savoir s’il est sain avant de le transférer à la patiente.

Actuellement, nous pouvons maintenir en culture les embryons jusqu’au 5ème/7ème jour de développement, lorsqu’ils parviennent à l’état de blastocyste. C’est à ce moment-là que l’embryon doit être transféré ou vitrifié pour un transfert futur.

Pourquoi congèle-t-on le blastocyste ?

Les embryons sont vitrifiés lorsque :

  • Après un cycle, nous avons assez d’embryons d’une même cohorte, puisque l’on transfère normalement un embryon et le reste est vitrifié.
  • Il existe une indication médicale qui recommande de réaliser le transfert en différé  pour éviter le risque d’une éventuelle hyperstimulation.
  • Le transfert embryonnaire ne peut pas se faire le jour prévu pour des raisons personnelles propres au patient
  • Nous réalisons une biopsie des blastocystes et nous devons attendre les résultats génétiques pour leur transfert postérieur.

Quand est-ce que la biopsie du blastocyste est-elle le plus efficace ?

Au laboratoire de reproduction assistée, lorsqu’il existe une indication de DGP, nous réalisons l’éclosion assistée des embryon au 3ème jour de son développement. Ce processus consiste à procéder à une petite ouverture dans la zone pellucide de l’embryon à l’aide d’un laser. Nous parviendrons alors à ce que l’embryon commence à extraire des cellules du trophectoderme une fois qu’il aura atteint le stade de blastocyste. C’est à cette étape, après 5 à 6 jours de développement, que nous réaliserons la biopsie embryonnaire qui consiste à extraire les cellules du trophectoderme à l’aide d’une équipe de micromanipulation et d’un laser. Nous récupérons habituellement 4 à 6 cellules, que nous emmènerons au laboratoire d’IB Biotech pour leur analyse génétique. C’est à ce moment que le blastocyte doit être  vitrifié dans l’attente du diagnostic génétique pour son transfert postérieur.  

À l’Instituto Bernabeu…

Nous avons un excellent programme de vitrification embryonnaire avec un taux de survie chez les embryons n’ayant pas subi de biopsie qui atteint les 95 %. Chez les embryons qui ont subi une biopsie, nous avons observé jusqu’à présent une survie de 100 %. Cela laisse penser que chez ces embryons, le fait d’avoir été soumis au processus de biopsie peut avoir un certain avantage quant aux autres. Le processus d’équilibrage avec des cryoprotecteurs entraîne l’augmentation de la survie, en raison d’une exposition plus directe de l’embryon au milieu d’équilibre, puisque sur ces embryons la zone pellucide a été perforée et, en plus, ils se trouvent partiellement ou totalement en dehors d’elle.

Cette survie élevée permet de confier totalement en la stratégie de la biopsie des blastocystes et en la cryoconservation postérieure de ces derniers, que ce soit pour réaliser un criblage de tous les chromosomes ou le diagnostic d’une maladie monogénique.

Miguel Herreros, biologiste à l’Instituto Bernabeu.

You can arrange an

Rate this post