Coronavirus et endométriose - Instituto Bernabeu

La pandémie que nous connaissons actuellement en raison du nouveau coronavirus COVID-19 a évidemment éclipsé tout le reste. Cependant, nous ne voulons pas oublier que ce mois est un mois important pour ceux qui souffrent d’endométriose. L’endométriose est une maladie chronique, douloureuse et non guérie. Nous savons que l’une des causes possibles de la maladie est d’avoir un système immunitaire altéré. De plus, il est connu que ces patients sont plus susceptibles de souffrir de maladies auto-immunes telles que: le lupus érythémateux, la polyarthrite rhumatoïde ou la maladie de Crohn, entre autres.

Y a-t-il majeure probabilité d’être infecté par le coronavirus COVID-19 chez les personnes atteintes d’endométriose?

Il semble logique de se demander si l’endométriose est une situation à plus forte probabilité de transmission par coronavirus ou si telle transmission a des critères plus graves.

Comme pour toute autre infection par d’autres virus, l’endométriose ne doit pas supposer une plus grande probabilité de transmission, car l’altération du système immunitaire caractéristique n’implique pas une immunité déficiente ou avec une capacité de défense moindre. De même, l’endométriose elle-même n’est pas un facteur de risque grave à moins qu’elle ne soit accompagnée de maladies qui supposeraient telles que:

  • Patients immunodéprimés. Les patients atteints de maladies auto-immunes ont souvent besoin de traitements qui affectent le système immunitaire et le compromettent.
  • Diabète
  • Maladies cardiovasculaires
  • Hypertension

Malgré la faible fréquence de l’endométriose cataméniale, qui est un type d’endométriose qui affecte les poumons, nous ne voulions pas manquer l’occasion de nous rappeler que ces patientes sont peut-être plus à risque de gravité.

Cependant, bien que l’endométriose ne représente pas une population à risque, à l’exception de l’endométriose cataméniale, cela ne dispense pas de l’obligation de suivre les mesures préventives nécessaires pour pouvoir maîtriser cette pandémie.

Dr. Belén Molinergynécologue de l´Instituto Bernabeu

You can arrange an

Rate this post