Contraceptifs féminins et masculins, en quoi affectent-ils ma fertilité - Instituto Bernabeu

Un contraceptif est un moyen quelconque qui empêche l’union entre l’ovule et le  spermatozoïde et par conséquent empêche la grossesse.

Il existe divers contraceptifs, pour femme et homme, et leur impact sur la fertilité varie :

  • Les Contraceptifs appelés « naturels » (La méthode du rythme ou Ogino, la température basale ou l’interruption du coït) n’auront aucun impact sur la fertilité.
  • Les préservatifs (méthode de barrière, sans aucun impact sur la fertilité).
  • La vasectomie ou la ligature des trompes, considérées comme des méthodes « définitives » ou stérilisatrices qui empêchent la reproduction, à moins que cette dernière ne se produise via un traitement de reproduction assistée.
  • Sans aucun doute la méthode contraceptive la plus utilisée est « la pilule ». Développée il y a près de 70 ans, elle fut probablement le premier « médicament effectif » utilisé pour supprimer une fonction corporelle normale : la fertilité, au lieu de soigner une maladie.
  • De plus, on estime qu’actuellement environ 80 millions de femmes utilisent une variante de cette méthode contraceptive hormonale (patches, anneaux vaginaux, DIU hormonaux).

L’utilisation des contraceptifs hormonaux s’est vue associée à certains « mythes » ou concepts erronés qui conduisent à des inquiétudes telles que : la pilule contraceptive prise pendant longtemps affecte-elle la fertilité ? ou les contraceptifs hormonaux peuvent-ils être la cause de la stérilité ?, l’origine de ces inquiétudes semblent venir de ce que l’on appelle « l’absence de règles post-pilule » ou aménorrhée post-pilule. Approximativement 1 % des femmes connaîtra une absence de règles après l’arrêt du contraceptif hormonal ;  au départ, ce fait avait été directement attribué au contraceptif et avait amplifié la préoccupation quant à un éventuel impact négatif sur la fertilité. Cependant, des études postérieures ont montré que ces troubles étaient associés, dans leur majorité, à d’autres conditions que présentait la femme (ménopause précoce, le syndrome des ovaires polykystiques, les variations de poids, etc.).

De plus, il a été démontré que la probabilité de gestation un an après l’arrêt du contraceptif était similaire à celle des femmes qui n’utilisaient pas cette méthode et que son utilisation pourrait même être bénéfique dans le cas où la femme présente des maladies comme l’endométriose.

En résumé, à la question « Quelles sont les conséquences de la contraception hormonale préalable sur la fertilité féminine ? », nous pourrions répondre qu’aucune !

Dr. Juan Carlos Castillogynécologue de l’Instituto Bernabeu.

You can arrange an

Rate this post