La Chirurgie endoscopique

L’endoscopie se définit comme l’observation directe de l’intérieur d’un organe ou d’une cavité grâce à un système optique ou endoscopique (tube avec illumination connecté à une caméra vidéo et un écran de télévision), que l’on introduit au travers d’orifices naturels ou de la paroi abdominale. Ainsi on obtient une information plus fiable que celles apportées par d’autres explorations externes, comme l’examen physique, l’échographie ou les techniques radiologiques.

L’utilisation d’une telle technique assure un rendement et une fiabilité maximaux dans l’interprétation des images, et diminuant par ailleurs le risque de complications. Les techniques endoscopiques permettent un diagnostic correct et le traitement des pathologies gynécologiques de manière moins agressive, ce qui est un aspect fondamental dans le traitement chirurgical des problèmes reproductifs.

On ne requiert l’hospitalisation que pour quelques heures, permettant un retour au foyer le jour même de l’opération. Les dérangements post-opératoires sont moindres que dans la chirurgie conventionnelle, ce qui permet de ne pas modifier substantiellement l’activité professionnelle, sociale et habituelle du patient, tout en maintenant l’efficacité de l’intervention.

La chirurgie endoscopique entraîne moins de pertes et d’hémorragie sanguines, tandis qu’elle réduit la formation d’adhérences. De plus, les résultats esthétiques sont bien meilleurs avec les techniques endoscopiques qu’avec la chirurgie ouverte conventionnelle.

Pour toutes ces raisons, la chirurgie endoscopique, quand elle est indiquée et faisable, est la technique chirurgicale sélectionnée.

La Laparoscopie

Elle se réalise sous anesthésie générale, pour laquelle il est nécessaire de réaliser une étude préopératoire et une évaluation de la part de l’anesthésiste précédant l’intervention. Elle consiste en l’introduction de CO2 dans la cavité abdominale grâce à l’insertion d’une aiguille à travers de l’abdomen au niveau du nombril. Une fois obtenue la distension de la cavité abdominale, des trocarts de 5 à 10 mm y sont insérés, à travers lesquels on place les éléments de travail (caméra optique, ciseaux, pinces, coagulateurs, etc). En général le trocart de 10 mm est utilisé pour introduire la fibre optique et il est accompagné de 1 ou 2 trocarts accessoires de 5 mm, disposés dans la partie basse et externe de l’abdomen pour les instruments de travail.

Dans les cas d’études de stérilité, on place un mobilisateur à l’intérieur de l’utérus, par le vagin, par lequel on introduit un contraste, du bleu de méthylène, pour confirmer la perméabilité des trompes de Fallope.

L’objectif de la laparoscopie est double: d’une part pour le diagnostic, et d’autre part pour résoudre tous les problèmes qui s’identifient au cours de l’intervention.

Parmi les indications pour une laparoscopie, nous comptons:

  • Etude de la stérilité
  • Diagnostic de malformations utérines
  • Douleur pelvique inexpliquée
  • Stérilisation tubaire bilatérale (ligature des trompes)
  • Endométriose
  • Kystes et masses ovariennes
  • Grossesse ectopique
  • Ovariectomie (extirpation des ovaires)
  • Myomectomie (extirpation de myomes)
  • Salpingectomie (extirpation de trompes pathologiques)
  • Drilling ovarien (ovaires poly-kystiques)
  • Hystérectomie (extirpation de l’utérus)

Il est possible de reprendre une activité quotidienne normale après 48-72 heures.

L’hystéroscopie diagnostique

Elle consiste en l’introduction d’une petite fibre optique au travers du vagin et du col de l’utérus, aidée par l’infusion de suaire physiologique pour détendre la cavité de l’endomètre, et obtenir ainsi une bonne visualisation.

Par le même effet, cela permet le prélèvement de biopsies sélectives sous un contrôle visuel direct, si besoin est. Elle se réalise de manière ambulatoire, sans recourir à l’anesthésie ni à la sédation. Sa durée ne dépasse pas les 5-10 minutes et après cela la patiente peut retourner à son activité quotidienne habituelle.

Vu que l’examen peut causer chez la patiente des dérangements, similaires à la douleur menstruelle, on réalise une préparation préventive avec un relaxant musculaire et un analgésique.

Les indications majeures pour l’hystéroscopie diagnostique ambulatoire sont:

  • Suspicions d’adhérences utérines
  • Suspicions de polypes de l’endomètre
  • Suspicion de myomes submuqueux
  • Suspicion de parois ou septums utérins
  • Extractions de corps étrangers et DIU
  • Etude d’infertilité et échecs d’implantation
  • Etudes d’altérations menstruelles
  • Etude de la cavité de l’endomètre antérieure à des traitements de reproduction assistée

L’hystéroscopie chirurgicale

Elle nécessite une anesthésie générale (sédation) ou locale dans la mesure où il est nécessaire de dilater le col de l’utérus, et pour laquelle l’Anesthésiste doit réaliser une étude préopératoire.

Elle résout la majeure partie des anomalies diagnostiquées par l’hystéroscopie ambulatoire et celles soupçonnées par d’autres techniques graphiques (échographie, hystérosalpingographie, hystérosonographie, RNM, etc.).

Techniquement cela consiste en l’introduction transcervicale d’une fibre optique et d’un élément de travail qui permettent l’utilisation de petits bistouris, d’axes de résection, de systèmes de coagulation (roller), etc, connectés à un générateur électrique.

Les complications ne sont pas fréquentes et, en général, sans gravité, ce qui la convertit en une technique très sure et résolutive pour les problèmes intra-utérins vu que la patiente peut rentrer à son domicile le jour même de l’intervention. Par contre, nous restreignons les activités physiques, les immersions prolongées et les relations sexuelles pendant 5-7 jours.

Les indications privilégiées pour une hystéroscopie sont:

  • Septoplastie
  • Myomectomies
  • Polypectomies
  • Ablation-Réduction de l’endomètre
  • Libération d’adhérences

Questions et réponses


© Instituto Bernabeu. Espagne. | Alicante | Elche | Cartagena | Benidorm | +34 902 30 20 40 | | Mentions légales | Cookies policy

IBbiotech Fundación instituto bernabeu sello ISO EFQM

25th birthday of Instituto Bernabeu’s first IVF baby