Toxines environnementales, perturbateurs endocriniens et fertilité Instituto Bernabeu

Ces dernières années, un intérêt scientifique croissant s’est développé pour connaître la relation entre l’exposition environnementale et professionnelle aux toxines et polluants avec différentes altérations de la santé humaine, ainsi que l’implication de ces produits dans la capacité reproductrice du couple.

Pollution

On appelle pollution de l’environnement la présence d’éléments nocifs (chimiques, physiques ou biologiques) dans l’environnement, qui causent des dommages aux êtres vivants qui l’habitent.

Et il semble qu’une proportion de cas d’infertilité de cause inconnue pourrait être attribuée ou liée à différentes expositions environnementales ou professionnelles à des contaminants, où l’individu serait soumis à un stress oxydatif élevé et à des dommages génétiques et épigénétiques à ses cellules reproductrices. [1].

Cependant, la gravité ou l’impact néfaste de ces produits chimiques sur la fertilité du couple dépend de plusieurs facteurs tels que: le type de produit, la durée d’exposition, la concentration du contaminant, etc.

Types de toxines

Les agents toxiques les plus connus qui pourraient avoir un effet sur la fertilité humaine sont:

  • Hydrocarbures aromatiques (benzènes, toluènes).
  • Hydrocarbures halogénés (pphalates, propanes, phényles).
  • Composés organochlorés (pesticides).
  • Certains métaux lourds comme le plomb et le cadmium.

Perturbateurs endocriniens

D’autre part, les perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques exogènes au corps, naturelles ou synthétiques, qui interfèrent avec la production, le transport, l’action des hormones naturelles de notre corps telles que les œstrogènes et les androgènes. On peut soutenir qu’ils se comportent comme de «faux œstrogènes ou copieurs». Certains pesticides organochlorés se démarquent, tels que les pphalates, le bisphénol A, etc..

Ces perturbateurs diffèrent des autres toxines environnementales en ce que les dommages peuvent survenir en fonction du stade auquel ils agissent, c’est-à-dire que l’exposition est différente au stade fœtal, chez l’enfant ou chez l’adulte. De plus, la dose de ceux-ci aurait une implication directe.

Il existe diverses études qui établissent que nous sommes tous porteurs dans notre corps, à un degré plus ou moins grand, de ces perturbateurs car beaucoup d’entre eux sont stockés dans la graisse corporelle. Cependant, l’exposition à ces produits chimiques au cours de la vie adulte, voire avant la naissance, pourrait même nuire à la santé reproductive des générations futures. [2].

Ainsi, selon le stade de croissance au moment du contact, ils sont liés à:

  • Altérations de la formation et de la fermeture de l’urètre (hypospadia).
  • Altération de la localisation des testicules (cryptorchidie).
  • Altérations de la spermatogenèse.
  • Cancer du testicule à l’âge adulte.
  • Troubles de la fonction ovarienne et anomalies bénignes de l’utérus et des seins.
  • Endométriose.

Il est essentiel de réaliser une anamnèse environnementale approfondie auprès de ces couples afin de procéder à la prévention, au diagnostic et au traitement de leur problème de fertilité en relation avec ces substances qui, aujourd’hui, sont si présentes dans notre vie quotidienne.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES:

  1. Checa Vizcaíno MA, González-Comadran M, Jacquemin B. Outdoor air pollution and human infertility: a systematic review. Fertil Steril. 2016;106(4):897-904.e1.
  2. Brehm E, Flaws JA. Transgenerational Effects of Endocrine-Disrupting Chemicals on Male and Female Reproduction. Endocrinology. 2019;160(6):1421-1435.

VOUS POUVEZ ÉGALEMENT ÊTRE INTÉRESSÉ:

Dr. Jorge Ten, directeur de l’unité d’embryologie de l’Instituto Bernabeu

You can arrange an

Toxines environnementales, perturbateurs endocriniens et fertilité
5 (100%) 2 votes