L’Insuffisance ovarienne prématurée (IOP) ou ménopause précoce est la perte de la fonction ovarienne avant l’âge de 40 ans. En raison de cet arrêt de la fonction ovarienne, la femme cesse d’avoir ses règles et ses niveaux d’hormones sont modifiés. C’est une cause fréquente d’infertilité chez les femmes, qui doivent recourir à des techniques de reproduction assistée pour avoir une descendance.

Causes de l’insuffisance ovarienne

Il y a différentes raisons connues qui peuvent produire cette pathologie également appelée insuffisance ovarienne prématurée (IOP) ou insuffisance ovarienne primaire, telles que:

Cependant, ces facteurs n’expliqueraient qu’environ 20-25 % des cas. Par conséquent, chez la plupart des patientes, la cause est inconnue. Dans près de 80 % des cas, il peut y avoir une cause génétique non diagnostiquée.

De nouvelles recherches génétiques pour élucider la cause de l’insuffisance ovarienne

C’est pourquoi, ces dernières années, de multiples études sont menées pour découvrir de nouveaux gènes impliqués dans cette pathologie. La recherche dans ce domaine a beaucoup progressé grâce à l’apparition des techniques de séquençage massif ou Next-generation sequencing (NGS). Cette technologie permet l’analyse rapide de nombreux gènes chez différents patients. Grâce à des études avec NGS menées sur de grands groupes de patientes atteintes de IOP ou sur des femmes de la même famille, de nouveaux gènes candidats ont été identifiés. Ces gènes sont impliqués dans différents processus ovariens, tels que:

  • Le développement du follicule ovarien
  • La division cellulaire
  • La réparation de l’ADN

Pionniers dans le diagnostic des causes de l’insuffisance ovarienne

Dans le département de biologie moléculaire et génétique de l’Instituto Bernabeu, nous avons mené un projet visant à identifier de nouvelles mutations et de nouveaux gènes chez les patientes souffrant d’insuffisance ovarienne familiale. À la suite de cette étude, nous avons développé un nouveau test pour diagnostiquer l’IOP en utilisant des techniques de séquençage massif. De cette manière, nous étudions simultanément 512 gènes à l’origine de cette pathologie.

Jusqu’à récemment, seule l’étude du caryotype et du gène FMR1 (syndrome du X fragile) permettait de savoir si l’insuffisance ovarienne précoce avait une origine génétique. Par conséquent, de nombreuses patientes sont restées sans diagnostic. Aujourd’hui, grâce à cette nouvelle technologie, nous pouvons réaliser un diagnostic plus complet, non seulement d’un point de vue clinique, mais aussi d’un point de vue génétique.

Avantages d’un diagnostic correct de l’insuffisance ovarienne précoce

Un diagnostic correct de l’IOP est synonyme de grands avantages pour le patient:

  • Connaître l’origine de son problème d’infertilité
  • Dans le cas d’un diagnostic précoce, pouvoir planifier sa vie reproductive, en avançant sa maternité ou en congelant ses ovocytes.
  • Prévenir les problèmes associés à une ménopause précoce tels que l’ostéoporose ou les problèmes cardiovasculaires.
  • Réaliser une étude familiale, s’il y a d’autres femmes dans la famille (sœurs, cousines…), afin de pouvoir prendre les mêmes mesures préventives chez elles, si le diagnostic génétique de l’IOP est confirmé. 
  • Optimisez le traitement de procréation assistée

L’Institut Bernabeu dispose d’une équipe multidisciplinaire et de la technologie la plus avancée en matière de diagnostic génétique, ainsi que d’une unité spécialisée dans la faible réserve ovarienne et l’insuffisance ovarienne précoce afin d’offrir les meilleures solutions diagnostiques et thérapeutiques à nos patientes.

VOUS POUVEZ ÉGALEMENT ÊTRE INTÉRESSÉ:

Dre Ruth Morales, biologiste moléculaire à l’Instituto Bernabeu.

You can arrange an

Insuffisance ovarienne prématurée et son diagnostic via les techniques de séquençage massif
5 (100%) 1 vote