On ne connaît pas encore les causes exactes pour quoi on atteint dans certains cas la grossesse et pas dans d’autres. Le processus d’implantation embryonnaire est un ensemble de phases avec beaucoup d’inconnu.

Compte tenu que les principaux facteurs qui déterminent l’implantation son l’embryon et l’utérus de la mère, nous nous basons sur les grandes avances au niveau de l’embryologie qui nous permettent de connaître et classifier les embryons pas seulement selon leur morphologie mais aussi à niveau génétique, ce qui rend l’information bien plus ample afin de connaître sa capacité implantatoire.

D’autre part, au niveau du facteur de l’utérus, les avances sont pauvres. Quand un utérus a une anatomie et développement apparemment normaux et que nous avons des embryons d’excellente qualité implantatoire, pourquoi donc ils ne s’implantent pas ? Pourquoi n’y-a-t-il pas de grossesse évolutive ? Bien sûr la personnalisation du cas est très importante dans ces circonstances, mais nous savons aussi qu’une meilleure étude de l’utérus peut nous approcher à la clé du problème.

Qu’est-ce que sont les contractions de l’utérus et à quoi servent-elles?

Les contractions utérines sont physiologiques, c’est-à-dire, il doit y avoir des contractions (mouvements musculaires) dans le processus d’implantation afin que cela se passe dans la manière correcte. Les contractions utérines fonctionnent comme pour le cœur : à chaque battement il y a une contraction ; mais, si ces contractions ont lieu de manière désordonnée nous pouvons avoir une attaque cardiaque. Pour l’utérus c’est la même chose. Trop de contractions et de forme désordonnée ou bien sans la juste direction elles peuvent empêcher la bonne implantation de la grossesse.

 Comment savoir si la contractibilité de l’utérus est correcte?  

Les médicaments pour les contractions de l’utérus représentent un véritable défi car il n’est pas possible de les voir à première vue. Pour les mesurer on a utilisé différentes méthodes et on a analysé leur fiabilité. Sans doute, la méthode plus utilisée c’est en faisant une vidéo de l’utérus pour pouvoir après l’accélérer et observer ainsi les fluctuations que les contractions utérines causent. Dans l’Institute Bernabeu, chez notre unité spécialisée dans l’étude d’échec d’implantation nous avons été pionniers dans la réalisation d’une étude qui a été présenté dans les congrès scientifiques internationaux les plus importants, pour valider la technique utilisée, ainsi que pour établir le point limite, au-dessus duquel les contractions utérines pourraient affecter l’implantation de l’embryon.

 Solutions pour moduler la contractibilité utérine

Chaque cas doit être étudié selon la juste perspective. Nous savons que la progestérone a une fonction clé dans le control des contractions utérines, c’est pourquoi nous analysons au même temps la contractilité utérine avec l’analyse de progestérone ; cela nous aide à pouvoir réaliser le diagnostique et établir une stratégie thérapeutique.

Cependant, la contractilité utérine ne dépend pas toujours et uniquement des niveaux de la progestérone, ce qui fait que d’autres traitements devront être utilisés. À cet effet, le Dr Bernabeu a réalisé une importante publication, reconnue au niveau mondial, selon laquelle grâce à un traitement spécifique inhibiteur des contractions utérines nous augmentons la possibilité de grossesse pour ces cas en particulier.

Rôle de la progestérone dans l’implantation et contractilité utérine

La progestérone est fondamentale pour l’implantation de l’embryon. Entre ses multiples fonctions elle a aussi celle de contrôler la contractilité utérine, en la réduisant après un cycle naturel dans lequel on l’a augmentée par effet de l’estradiol.  De forme naturelle, la progestérone est secrétée par la corp lutéale, c’est-à-dire, par l’ovulation, car à ce moment-là la contractilité utérine diminue et cela favorise l’implantation de l’embryon et probablement son bon développement.

Dans notre Unité d’Échec d’Implantation on a inclus l’analyse de progestérone ainsi que les médicaments relatifs à la contractilité utérine afin d’établir le bon diagnostique du cas et favoriser son étude. Cela fait partie du concept de « personnalisation” que nous réservons à chaque patient.

Dr. Belén Molinergynécologue de l´Instituto Bernabeu.

You can arrange an

Rate this post